Canada : créer une entreprise dans les provinces maritimes

Publié

le 20/10/2022 à 07:00

La Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick offrent un potentiel énorme aux candidats à la création d’entreprise, à condition de bien préparer leur projet et de s’entourer d’organismes compétents. Témoignages d’entrepreneurs français.

Cet article est extrait du Figaro spécial « D’Est en Ouest – Vivre au Canada pourquoi pas vous ? ». Ce numéro vous propose de répondre aux questions que vous vous posez de la manière la plus simple possible. Ceci, à l’aide de textes pratiques, de cartes et de témoignages de Français vivant au Canada.

Selon le classement Doing Business 2018 de la Banque mondiale, le Canada est le deuxième meilleur pays pour démarrer une entreprise, après la Nouvelle-Zélande. Stratégiquement situés, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse représentent une porte d’entrée pour les investisseurs et les créateurs d’entreprises vers les marchés du nord-est des États-Unis et de l’est du Canada.

La main-d’œuvre qualifiée, les faibles coûts d’exploitation, la qualité de vie inégalée en font une destination privilégiée pour l’implantation d’une entreprise. Valérie, un ancien homme d’affaires en France, attend toujours son visa pour se rendre au Nouveau-Brunswick où elle ouvrira un restaurant franchisé. « Je suis tombé amoureux de cette province lors de ma première visite il y a quatre ans. Les gens y sont chaleureux, les villes sont à taille humaine, la mer n’est pas loin, la nature est magnifique… et tout est possible là-bas ! « . Même si le concept de la franchise est un moyen sûr de commencer l’aventure.

Principal avantage pour les créateurs d’entreprise : des impôts, bien moins élevés qu’en France

entrepreneurial, il est nécessaire de bien mûrir le projet et de s’entourer d’avocats, d’experts-comptables et de consultants spécialisés pour le montage financier. « Je travaille sur ce dossier depuis trois ans, raconte Valérie. Je suis d’abord allé au Salon de la Franchise de Moncton, puis à celui de Paris, où j’ai rencontré l’entreprise Classe Affaires, qui accompagne les entrepreneurs dans le développement de leur entreprise au Canada.

Lire aussi Affaires au Canada : 8 bonnes adresses

Les métiers de bouche, un savoir-faire français reconnu au Canada

J’ai participé à leur voyage d’exploration, au cours duquel j’ai pu rencontrer des banquiers, des représentants, des agents immobiliers pour mieux comprendre le marché là-bas. J’ai découvert les concepts des franchises canadiennes. J’ai choisi un réseau de restaurants canadiens parce qu’ils connaissent le marché et savent ce qui fonctionne. Même si j’ai quelques connaissances, je veux rester humble et utiliser tous les outils que le réseau peut me donner. »

Frédéric Tandy a quitté son Limousin natal en 2002 pour passer quelques saisons dans la restauration en Nouvelle-Écosse avant de s’y installer définitivement en 2005. Cinq ans plus tard, il ouvre la première charcuterie d’Halifax, la Charcuterie Ratinaud, un concept relativement inconnu au Canada. « Je suis parti de zéro, j’ai mis toutes mes économies dans mon entreprise et j’ai contracté un prêt bancaire. Il m’a fallu trois ou quatre ans pour sortir la tête de l’eau, parce qu’on ne m’a pas du tout aidé. Mais c’était il y a plus de dix ans. Depuis, il a accompagné d’autres français pour monter leur entreprise, une boulangerie française, une chocolaterie, une pizzeria et il y a pas mal d’organismes pour faciliter l’installation ».

Lire aussi Le Canada, la nouvelle destination du rêve américain

Des démarches plus faciles qu’en France

Principal atout de la région pour les créateurs d’entreprise : des impôts, bien moins élevés qu’en France. « Et la réputation des artisans français, reconnus comme des professionnels de qualité, ajoute Frédéric. Il existe donc de nombreuses opportunités pour les Français qui souhaitent développer de petites entreprises dans l’industrie alimentaire. Cependant, il faut s’armer de courage, de patience et de motivation car les règles d’hygiène sont très différentes par rapport à la France. Et il est essentiel que vous parliez anglais, car la Nouvelle-Écosse est majoritairement anglophone ».

Pauline Lorentz et son mari entameront également l’ouverture d’un restaurant français à Tracadie-Sheila, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick. Ces Strasbourgeois arrivés au Canada en tant que salariés en juillet 2019 ont été aidés par deux organismes locaux pour monter leur entreprise.

Lire aussi Vivre au Canada, un rêve français

« Avec le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE), spécifique aux nouveaux arrivants qui parlent français, nous avons pu bénéficier de formations et d’ateliers pour monter notre plan d’affaires », explique la jeune femme. La CBDC (Community Business Development Corporation), un organisme à but non lucratif qui conseille les futurs entrepreneurs, nous a apporté une aide financière, ce qui nous a permis d’éviter les prêts bancaires ».

Pour ce couple de chefs et de gestionnaires financiers, le choix du Nouveau-Brunswick était une évidence. « Ici, tout le monde se connaît, c’est une famille », note Pauline. Créer son entreprise est beaucoup plus facile qu’en France. De nombreux organismes sont prêts à aider les entrepreneurs et nous traitons toujours avec le même interlocuteur, ce qui facilite le processus. Nous avons démarré notre projet il y a cinq mois et nous préparons à le présenter à une commission composée de chefs d’entreprise qui déterminera sa viabilité. S’il est approuvé, nous commanderons la cuisine, la marchandise et c’est parti ! « .

« D’Est en Ouest – Vivre au Canada pourquoi pas vous ? », 8,90 €, disponible dans les kiosques et au Figaro Store.

Comment créer sa propre petite entreprise ?

Le secteur de la santé Le secteur de la santé offre une panoplie d’emplois, qui comptent parmi les emplois les plus recherchés au Canada. Au cœur de l’humain et de son bien-être, des carrières passionnantes avec beaucoup d’expérience s’offrent à tous ceux qui s’orientent dans ce milieu.

  • Commence ton propre business
  • Enregistrez votre entreprise.
  • Sécurisez votre entreprise.
  • Ouvrir un compte bancaire professionnel.
  • Faites-vous connaître par Posta et bénéficiez d’abonnements internet, téléphone et électricité
  • Préparer les documents commerciaux.

Etablir les dossiers nécessaires.

Quelle est le prix pour ouvrir une entreprise ?

Comment créer une entreprise avec 0 € ? Quel type de structure peut-on créer avec 0 euro ? Sur le plan juridique, en dehors de la SA, il n’y a plus de capital minimum requis pour créer une société de type Micro entreprise, SARL, EURL ou SAS. Comme pour l’entreprise individuelle, aucune contribution minimale n’est requise.

Quel est le budget pour ouvrir une entreprise ?

Il vous en coûtera entre 0 et 450 €. Par exemple, il est gratuit pour un commerçant indépendant. Autre exemple : il s’élève à environ 230 € pour la création d’une société à responsabilité limitée (SA). Il s’agit des frais d’inscription au Répertoire des métiers ou au Répertoire des commerces et des sociétés.

Quel budget pour ouvrir une SARL ?

Les frais à prévoir lors de la création d’une entreprise peuvent varier de 1600 € à 8000 €. Bien sûr, tout dépend de votre entreprise. Le Lycée Français vous révèle pourquoi et comment ils anticipent le budget inhérent à la création d’une entreprise.

Quelle entreprise créer avec 10.000 euros ?

En moyenne, il faut prévoir un budget hors frais de dossier d’environ 1500 â 2000 ⬠pour créer une société à responsabilité limitée avec un expert-comptable ou un avocat. Ce montant ne représente que les honoraires facturés par le professionnel. Au total, le coût moyen se situe généralement entre 1700 et 2200 â¬.

Quel entreprise ouvrir avec 15000 euros ?

Un petit apport : un grand nombre de concepts de franchise Le créateur de La Maison des Travaux, Philippe Courtoy, a lancé son concept il y a neuf ans en permettant aux candidats à la franchise de créer leur entreprise avec seulement 10 000 euros d’apport personnel.

Quel est le business le plus facile ?

Chez vous avec Cuisines Raison, premier réseau de cuisinistes exclusivement à domicile (apport personnel 15 000 €, investissement total 45 000 €), ou Litrimarché, le réseau de magasins de literie (apport personnel 20 000 â¬, investissement total 65 000 â¬).

La vente de vêtements d’occasion est probablement l’une des activités lucratives les plus courantes et les plus faciles à démarrer.

Quel âge pour créer une entreprise ?

Quelle est la meilleure entreprise ? Achetez des produits en gros pour les revendre. Vendez des produits maison que vous préparez ou fabriquez vous-même. Elle s’occupe de la vente de produits d’occasion. Démarrez une boutique en ligne dropshipping.

Quelles sont les conditions pour créer une entreprise ? Le mineur doit remplir les 3 conditions suivantes : Être âgé d’au moins 16 ans. Vous avez l’autorisation des deux parents.

Comment créer son entreprise à 12 ans ?

A quel âge démarre-t-on une entreprise ? Avoir au moins 16 ans. Vous avez l’autorisation des deux parents. Créer une société unipersonnelle.

Comment monter un business à 13 ans ?

Le mineur émancipé peut créer une entreprise artisanale ou une entreprise libérale. Pour créer une entreprise commerciale, celle-ci doit avoir le statut de commerçant. Pour être commerçant, il doit obtenir une autorisation : Soit du juge de la détention, lors de la décision d’émancipation.

Quel business en Etant mineur ?

Avec l’autorisation de ses parents ou de son tuteur légal, on peut créer une EIRL, EURL, Sasu ou association. Vous pouvez également demander l’émancipation (au juge de la détention) pour pouvoir créer une entreprise individuelle (en tant qu’entrepreneur indépendant par exemple), une SARL ou une SA.

Comment monter un petit projet ?

Ainsi dès l’âge de 16 ans, il peut diriger une entreprise individuelle ou une entreprise artisanale. Ou s’il le souhaite, il peut entamer une profession libérale (activité juridique). De plus, si le mineur émancipé le souhaite, il peut devenir associé dans une entreprise.

Connaître son marché : avant de se lancer, il faut bien étudier son marché. Dès lors, il est essentiel d’avoir une idée de ses mécanismes, de ses dirigeants et de leur histoire, des prix pratiqués et des réseaux de distribution ainsi que des fournisseurs influents.

Quelle affaire rapporte le plus ?

Comment faire un petit projet à la maison ? Vendez des produits maison que vous préparez ou fabriquez vous-même. Elle s’occupe de la vente de produits d’occasion. Démarrez une boutique en ligne dropshipping. Lancement d’une boutique en ligne d’impression à la demande.

Le secteur de la mode est un business très lucratif, car il touche aussi bien les adolescents que les adultes. Si vous créez une boutique en ligne orientée mode et proposez des produits de haute qualité de marques connues, votre entreprise n’attendra pas longtemps pour vous rapporter gros.

Laisser un commentaire