Comment créer une entreprise en 10 étapes

Pour bien démarrer, vous commencerez par trouver l’idée de créer une entreprise. C’est ce qui vous permettra d’illustrer votre projet, mais vous devrez également établir un business plan ou encore faire une étude de marché afin d’étudier la viabilité de votre future activité. Voici les 10 étapes essentielles pour créer votre entreprise.

1. Trouvez l’idée de votre entreprise.

Tout d’abord, il est essentiel de trouver la bonne idée d’entreprise. Que vous souhaitiez créer un site e-commerce ou démarrer une activité B2B, il existe plusieurs manières de trouver une idée commerciale. Tout d’abord, vous pouvez vous inspirer des différentes entreprises existantes. Vous souhaitez rivaliser avec des entreprises ou innover sur votre marché et avoir peu de concurrents ? La réponse à ces questions déterminera votre projet professionnel.

Vous pouvez également apprendre des podcasts ou d’amis eux-mêmes entrepreneurs : ils pourraient apporter de précieux conseils qui vous aideront à trouver l’idée de start-up de vos rêves. Faites une introspection sur ce que vous aimez faire et ce que vous souhaitez apporter au monde entrepreneurial.

2. Faites un bilan personnel

Avant de démarrer votre entreprise, vous devez savoir si vous en êtes capable ou non. Votre situation financière le permet-elle ? Êtes-vous mentalement prêt à vous lancer dans un projet entrepreneurial ? Renseignez-vous sur les différentes qualités nécessaires pour démarrer une entreprise, car de nombreux entrepreneurs abandonnent au stade de l’étude de marché. C’est pourquoi vous devez procéder à une introspection personnelle.

Ce faisant, vous pourrez savoir si vous êtes suffisamment déterminé pour démarrer votre propre entreprise : les entrepreneurs sont confiants et motivés dans leur projet. Vous devez être dans le même état d’esprit. C’est très important dans la création d’une start-up : prenez votre temps si nécessaire et si vous pensez que vous n’êtes pas dans la bonne période.

3. Faites une étude de marché

Aurez-vous des clients si vous démarrez votre entreprise? Y aura-t-il beaucoup de concurrence ? L’étude de marché est là pour vous guider dans votre création d’entreprise. Vous pouvez le faire vous-même en interrogeant votre entourage et en réalisant des sondages sur internet pour savoir si le secteur que vous ciblez est en plein essor ou non. C’est ainsi que vous saurez si votre TPE/PME sera rentable et si vous pourrez exercer de manière durable.

Un entrepreneur peut également faire appel à des professionnels pour réaliser son étude de marché. Ceci est utile pour compiler des informations plus précises et pour obtenir un point de vue extérieur. Des experts vous diront si votre entreprise est viable ou non et si votre projet peut aller aussi loin que vous le souhaitez.

4. Élaborez un business plan

Une fois que vous avez fait votre étude de marché, il est temps de faire un plan d’affaires. Ceci est essentiel pour déterminer vos besoins budgétaires et déterminer l’équilibre financier de votre future entreprise. C’est aussi un excellent outil à présenter aux banques et aux investisseurs afin que vous puissiez obtenir un financement pour votre projet professionnel. Vous pouvez présenter votre stratégie, les grandes lignes de votre projet et également présenter votre équipe si vous en avez déjà une.

N’hésitez pas à faire un business plan agréable à regarder : ne misez pas tout sur le visuel, mais veillez à ce qu’il soit compréhensible et propre. L’objectif est de rassurer les banques et les investisseurs sur la viabilité et la pérennité potentielle de votre projet. Comme il s’agit d’un support à présenter, ne négligez aucun détail et veillez à inclure le plus d’informations utiles possible.

5. Trouver des financements

Qu’il s’agisse d’un financement personnel, d’un crédit professionnel ou encore d’un financement investisseur, il est important de trouver les moyens de financer votre projet de création d’entreprise. Sans cela, vous pourriez vous retrouver dans l’embarras de ne pas pouvoir payer vos factures ou payer vos employés. Lors de la création de la start-up, vous ne pourrez peut-être pas vous rémunérer, mais du moment que vous parvenez à payer vos salariés, vos fournisseurs ou les outils que vous utilisez, tout ira bien.

C’est à cette étape que vous présenterez votre business plan aux investisseurs potentiels. C’est pourquoi vous devrez mettre l’accent sur la présentation : c’est cet accompagnement détaillé qui vous permettra d’apparaître crédible aux yeux des banques afin qu’elles puissent financer votre idée. Lorsque vous avez trouvé des financements, vous pouvez déjà construire les grandes lignes de votre projet.

6. Choisir un statut juridique

Selon que vous souhaitiez entreprendre seul ou à plusieurs, la forme juridique de votre start-up ne sera pas la même. Pour une entreprise individuelle ou une entreprise individuelle, vous pouvez choisir les formes juridiques d’auto-entrepreneur ou EURL et SASU. Faites attention aux subtilités de chaque régime social, car cela est très important pour votre inscription.

Concernant la création d’une société où vous souhaitez être plusieurs associés, vous pouvez choisir soit la forme SARL, soit la forme SAS. Vous devrez choisir entre ces deux statuts juridiques en fonction du nombre de salariés que vous souhaitez avoir. N’hésitez pas à vous rapprocher des instances compétentes pour savoir quelle forme juridique vous convient le mieux.

Parmi les formes juridiques que vous pouvez choisir, citons :

– EI : Entreprise Individuelle, une forme juridique choisie par de nombreuses entreprises grâce à sa flexibilité.

– EURL : Il s’agit d’une société anonyme à associé unique.

– SARL : Société à responsabilité limitée avec au moins deux associés, c’est la forme juridique la plus courante pour les TPE/PME.

– SA : Société Anonyme, cette forme juridique permet de réunir de nombreux associés et beaucoup de capitaux.

– SAS : Société par Actions Simplifiée, ce statut est souple et offre une responsabilité limitée aux apports.

– SASU : C’est une SAS unipersonnelle, qui n’a qu’un seul entrepreneur.

– SNC : Moins répandu, le statut de société en nom collectif assure la responsabilité solidaire et indéfinie des associés.

– SCOP : Société coopérative de production, les salariés sont les actionnaires majoritaires de la société.

– SCA, SCS : Société en commandite par actions ou simple, regroupent deux types d’associés : un associé commandité et un associé commanditaire.

7. Déposer le nom de votre entreprise

Le nommage est quelque chose qui peut prendre beaucoup de temps. Assurez-vous de votre choix de dénomination sociale avant de la déposer à l’INPI. Il peut y avoir plusieurs façons de trouver le nom de votre entreprise : vous pouvez vous inspirer de votre secteur d’activité ou décider de donner votre nom à la start-up. N’hésitez pas à innover et à trouver un titre inspirant pour qu’il soit mémorisé et percutant.

Une fois le nom trouvé, la marque est déposée auprès d’un office compétent en matière de propriété industrielle : l’INPI. La protection du nom commercial et du signe se fait via un dossier, et l’organisme se chargera de l’étudier. Une fois le nom validé par l’INPI, vous pouvez passer à l’étape suivante.

8. Domicilier votre entreprise

Pour la domiciliation de votre start-up, c’est le fait d’attribuer une adresse postale au siège social de l’entreprise. Cette adresse servira d’adresse administrative, juridique et fiscale. Il permet d’identifier la nationalité et le statut juridique et fiscal de l’entreprise. C’est pourquoi il est indispensable de domicilier votre TPE/PME. Selon que vous êtes indépendant et travaillez à domicile ou que vous souhaitez disposer d’un local, le lieu de résidence peut changer.

Dans le cas d’une entreprise individuelle, vous pouvez la domicilier directement à votre adresse personnelle. Cependant, dans le cas d’une société avec salariés, vous pouvez trouver des locaux disponibles tels que des bureaux selon le type de société que vous souhaitez créer.

9. Faire la demande d’immatriculation

Une fois toutes ces étapes de création franchies, il est temps de demander l’immatriculation de votre entreprise. Vous avez choisi la forme juridique de votre TPE/PME, et vous devez rédiger ces statuts pour immatriculer votre entreprise. Vous devez ensuite constituer son capital social pour la création de votre start-up. La valeur totale des apports donne la mesure du capital social, qui est considéré comme un élément essentiel du fonctionnement de la PME ou TPE.

Remplissez ensuite le formulaire Cerfa M0/P0 nécessaire à l’immatriculation de votre société, il se compose de trois feuillets et servira à informer les différentes administrations de l’existence de votre société. C’est un document assez complexe qui est pourtant obligatoire pour l’immatriculation de votre entreprise à la CFE.

10. Démarchez des clients et débutez votre activité

Ça y est, votre entreprise est enregistrée et est maintenant prête à fonctionner. Vous pouvez commencer par la publicité pour faire connaître votre start-up à des clients potentiels qui seraient intéressés par votre service ou vos produits. Vous pouvez décider de faire de la publicité imprimée ou numérique, ce qui vous permettra de toucher un public plus large.

Une fois les premiers clients trouvés, vous pourrez réaliser vos premières ventes ou vos premiers contrats ! Assurez-vous de garder votre entreprise durable et solide afin qu’elle continue à long terme. N’oubliez pas que votre entreprise doit fonctionner de manière à ce que vous ayez des revenus plus ou moins fixes lors de la création d’entreprise.

Comment mettre de l’argent dans une entreprise ?

  • La contribution en compte courant des partenaires. C’est le moyen le plus simple de gagner de l’argent pour votre entreprise. …
  • L’apport en capital permet d’augmenter la trésorerie. …
  • Le prêt bancaire. …
  • Crédit inter-entreprises. …
  • La banque publique d’investissement. …
  • Financement participatif. …
  • Les business angels. …
  • Fonds d’investissement.

Puis-je prêter de l’argent à mon entreprise? La loi Pacte du 22 mai 2019 a supprimé la règle afin de faciliter le financement des entreprises. Désormais, tous les associés ou actionnaires d’une société peuvent lui prêter de l’argent, sauf si les statuts en disposent autrement.

Comment une entreprise Peut-elle investir ?

Car il existe plusieurs types d’investissement dans une entreprise : via l’achat de titres en bourse si l’entreprise est cotée, en participant à un fonds commun de placement à risque pour les entreprises non cotées, en passant par le financement participatif ou « crowdfunding ».

Quels sont les différents types d’investissement que peut faire une entreprise ?

Il existe trois types d’investissement selon le plan comptable général : l’investissement corporel, l’investissement immatériel et l’investissement financier.

Comment savoir si une entreprise peut investir ?

En effet, si votre rentabilité est bonne, vous disposerez de suffisamment d’argent pour assurer le bon fonctionnement de votre entreprise. Pour que vous puissiez investir : si la rentabilité est telle que vous parvenez à dégager un profit, vous pourrez alors réinvestir cet argent excédentaire dans votre activité.

Quel petit commerce est le plus rentable ?

Quel type d’entreprise est le plus rentable? Le commerce le plus rentable de tous est la vente de PPN. Et pour cause, ces produits sont des consommables destinés à une durée d’utilisation limitée, mais qui sont pourtant nécessaires au confort quotidien. On parle principalement de riz, de sucre, de farine, etc.

Qui peut me faire un business plan ?

Le plus complet est l’accompagnement d’un comptable ou d’un avocat. Ils sauront vous accompagner, non seulement pour rédiger votre business plan, mais aussi pour gérer tout ce qui tourne autour de votre projet (choix de création, formalités d’enregistrement, etc.).

Qui peut m’aider à faire une prévision ? L’expert-comptable : une aide indispensable C’est en effet lui qui vous accompagnera durant tout ou partie de la vie de votre entreprise. L’expert-comptable pourra vérifier la cohérence des chiffres et l’exhaustivité des charges prises en compte pour faire de cette prévision l’outil le plus réaliste possible.

Quel est le coût d’un business plan ?

Le prix d’un business plan varie généralement entre 300 euros (prévision uniquement) et 3 000 euros (business plan complet avec présentation et préparation à la rencontre). Attention toutefois, ce prix ne concerne que votre business plan.

Qui peut me faire un business plan ?

Le business plan peut être rédigé par l’entrepreneur, ou avec l’aide de professionnels et/ou d’outils dédiés. Voici les méthodes généralement utilisées : l’entrepreneur le rédige en toute autonomie.

Qui peut me faire un prévisionnel ?

Le bilan prévisionnel doit être réalisé par le chef d’entreprise s’il en a les compétences.

C’est quoi le love money ?

APPEL À VOTRE FAMILLE L’argent de l’amour (littéralement traduit par « l’argent de l’amour ») est un moyen de financer votre entreprise en renforçant vos fonds propres.

Comment est rémunéré un business angel ? En général, le business angel se « rémunère » en revendant sa participation dans un délai de 3 à 5 ans. Par définition, la somme investie par le business angel pour financer le développement de l’entreprise peut être très variable, elle se situe en moyenne entre 150 000 et un million d’euros.

Quels sont les avantages de l’entreprise ?

Les bénéfices de l’entreprise constituent la rémunération de l’entrepreneur individuel. D’un point de vue fiscal, il est taxé comme l’impôt sur le revenu (IR). D’un point de vue social, il relève du régime des non-salariés. Le + : Le principal avantage de l’entreprise individuelle réside dans sa simplicité.

.

Comment créer son entreprise tout seul ?

La création d’une entreprise individuelle est l’option la plus simple pour démarrer un projet seul car elle ne nécessite pas la mise en place d’une structure juridique distincte (comme c’est le cas pour les entreprises individuelles). Le patrimoine de l’entrepreneur et celui de l’entreprise sont désormais séparés.

Laisser un commentaire