Comment les Fintech simplifient-elles la création d’entreprise ?

En s’intégrant à d’autres logiciels et entreprises souvent utilisés par les entrepreneurs, les Fintechs facilitent les processus bancaires et administratifs. La licorne française Qonto en est un parfait exemple. L’intégration de son compte professionnel avec Legalstart est à l’origine d’un cercle vertueux qui simplifie la création d’entreprise au niveau national.

Qonto, une solution de gestion financière qui facilite la création d’entreprise

Compte professionnel 100% en ligne, Qonto accompagne 300 000 clients dans 4 pays et fait partie d’un cercle très fermé de 27 licornes françaises depuis cette année. « Notre mission est simple : faciliter le quotidien des entrepreneurs indépendants, TPE et PME en leur proposant une solution simple, rapide et transparente de gestion financière, de simplification comptable et d’automatisation des dépenses des équipes », résume Ludivine Baud, Directrice Générale France.

Qonto se concentre sur la banque, les paiements, la comptabilité et la gestion des dépenses. Alors que dans un environnement bancaire traditionnel, il faut 7 à 15 jours pour créer un compte bancaire professionnel, Qonto s’engage à examiner tous les documents de ses clients et à approuver leur ouverture de compte dans un délai de deux à trois jours.

Il en va de même pour le dépôt du capital, une étape qui prend environ une semaine avec les banques traditionnelles, selon la réactivité du conseiller. « Chez Qont, nous fournissons une attestation de dépôt numérique sous 72h pour accélérer le processus de création d’entreprise », explique Ludivine Baud.

La Fintech accompagne ses clients tout au long de la vie de leur entreprise. Ainsi, ils redoublent d’innovation pour faciliter le quotidien des managers et de leurs collaborateurs. « Par exemple, nous offrons à nos clients la possibilité d’allouer des budgets directement à leurs équipes, de créer des cartes virtuelles pour les travailleurs nomades, des tableurs comptables partageables avec un comptable en lecture seule, ou encore de connecter Qont à leur logiciel comptable… » il illustre Ludivine Baud. Un ensemble de fonctions qui font gagner un temps précieux au quotidien.

Un partenariat vertueux avec Legalstart

Depuis 2017, Qonto s’est associé à Legalstart pour simplifier encore plus le processus de création d’entreprise. Il s’agissait à l’époque du premier partenariat entre FinTech et LegalTech en France. De nombreux autres services ont noué des liens très forts avec Qonto qui est aujourd’hui partenaire de 80% des solutions comptables françaises telles que Sage, Pennylane et Freebe.

Legalstart accompagne les entrepreneurs dans la création de leur structure multi-niveaux. « D’abord, nous leur fournissons beaucoup de documentation rédigée par les législateurs. Ensuite, nous aidons les créateurs à rédiger les statuts et nous chargeons pour eux des formalités administratives : les dossiers sont traités directement par nos avocats. Notre accompagnement se poursuit dans les situations de changement de statut, de transfert de siège, etc. Nous sommes là pour nos clients sur le long terme », déclare Timothée Rambaud, PDG et co-fondateur de LegalStart.

Encore une fois, le temps est gagné pour les entrepreneurs, qui économisent également les frais d’avocats et de comptables.

Depuis 5 ans, Legalstart propose à ses clients de créer un compte professionnel et de verser du capital via Qonto. « C’est une étape qui suit la rédaction des statuts de la société, donc notre alliance avec Qonta s’est faite tout naturellement », poursuit Timothée Rambaud.

« Outre notre complémentarité, on peut dire que Legalstart et Qonto ont « grandi ensemble ». Nous partageons le même ADN et avons la même vision, la même volonté d’offrir la meilleure qualité de service possible aux créateurs d’entreprise », ajoute Ludivine Baud.

Cette qualité de service client est mesurée notamment par le NPS, Net Promoter Score, qui indique la probabilité que les services soient recommandés par les clients. « Le NPS de Qont est de 75, ce qui est une vraie preuve de confiance, sachant que le NPS moyen du secteur bancaire est négatif », analyse Ludivine Baud. Il en va de même pour Legalstart, qui a un NPS de 65.

En 5 ans, Qonto et Legalstart ont co-accompagné plus de 25 000 entreprises.

Une nouvelle intégration à venir

Les deux sociétés ont récemment annoncé le lancement d’une nouvelle intégration qui permettra aux entrepreneurs de profiter d’un parcours extrêmement simplifié vers la création d’entreprise.

« Désormais, les entreprises qui confient à Legalstart la préparation de leurs statuts pourront déposer leur capital en ligne auprès de Qonto sans avoir à revenir en arrière ni à renseigner à nouveau leurs coordonnées. Résultat : créer une entreprise encore plus facilement et plus rapidement », révèle Ludivine Baud.

Fintech et LegalTech poursuivent toujours le même objectif : créer de la valeur en France en permettant aux entrepreneurs de se concentrer sur la concrétisation de leurs idées et le développement de leur entreprise, au lieu de se perdre dans les méandres administratifs de la création.

Ces concurrents modernes sont créés par les « fintechs » (institutions financières), la grande distribution, les opérateurs téléphoniques ou encore les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon).

Comment créer une fintech ?

Fintech : comment démarrer ?

  • Mener des études de marché. La création d’une fintech suit à peu près le même principe que la création d’une entreprise traditionnelle. …
  • Ciblez un client spécifique. …
  • Obtenez une licence et un compte bancaire. …
  • Obtenez du capital. …
  • Obtenez les technologies dont vous avez besoin.

Quelle réglementation pour les FinTechs ? Quelle est la réglementation Fintech actuelle ? Les établissements exerçant des activités financières (banque, assurance, placements) doivent obtenir l’agrément de l’ACPR, l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution, pour fonctionner.

Comment fonctionnent les FinTech ?

La fintech fait référence au secteur d’activité dans lequel opèrent les entreprises qui offrent des services financiers par le biais de nouveaux moyens de communication et d’information. Banques et chat en ligne, crowdfunding… le marché est en plein essor. Ooreka analyse ce secteur.

Pourquoi les Fintechs ?

Les principaux objectifs des Fintechs Innover dans la fourniture de services financiers. Ajouter de la valeur aux services existants. Réduire l’écart de médiation des transactions. Réduire les coûts d’exploitation.

Pourquoi les banques investissent dans les FinTech ?

Si les banques peuvent apporter leur capital, leur image de marque et la confiance de leurs clients aux start-up fintech, ces dernières peuvent pousser les banques à évoluer en termes d’innovation, d’agilité, de réduction des coûts ou encore d’expérience utilisateur et d’usage des données.

Qui finance les FinTech ?

En France, Paris est un rouage important de l’écosystème Fintech : la vitesse de création des entreprises Fintech et leur croissance repose en grande partie sur le financement apporté par des fonds d’investissement implantés dans la capitale. Quant au financement, la ressource est maintenant disponible.

Quelle filiale contribué au développement de FinTech ?

Banques en ligne proposant des services bancaires à distance, innovants et à moindre coût : Boursorama, Hello Bank, Fortuneo, B for Bank, Monabanque, Axa Banque, …

Qui sont les acteurs de la finance ?

Nous vous présentons des banques, des banques centrales, des agences de notation, des fonds souverains, des hedge funds, des régulateurs financiers, bref, tous ceux qui relancent les finances au quotidien.

Comment devenir une FinTech ?

Si vous souhaitez créer une FinTech, vous devez d’abord vous renseigner sur l’obtention d’une licence et d’un compte bancaire pour votre start-up. L’étude de marché est essentielle pour connaître la concurrence et se démarquer avec un produit innovant.

Quelle est la banque derrière Pixpay ?

Qui est derrière Pixpay ? Nous sommes une entreprise française avec trois co-fondateurs aux expériences complémentaires. Nous sommes financés par Bpifrance, la Banque Publique d’Investissement et Global Founders Capital, l’un des plus grands fonds d’investissement en Europe.

.

Pourquoi l’inclusion financière ?

L’inclusion financière traduit la capacité des particuliers et des entreprises à accéder à toute une gamme de produits et services financiers (transactions, paiements, épargne, crédits, assurances) abordables, utiles, adaptés à leurs besoins et proposés par des prestataires fiables et…

Comment favoriser l’inclusion bancaire ? Le premier moyen de favoriser l’inclusion bancaire est le droit au compte. Les livrets A sont parfois utilisés comme substitut de compte bancaire par des personnes en situation de précarité. Les cartes de paiement à autorisation systématique (CPAS) font partie d’une gamme de moyens de paiement alternatifs aux chèques.

C’est quoi l’inclusion bancaire ?

L’inclusion financière consiste à donner à chacun un accès approprié aux services bancaires de base et à fournir des informations financières aux groupes les plus vulnérables.

C’est quoi l’exclusion financière ?

On parle d’exclusion financière « lorsqu’une personne qui s’adresse aux principaux opérateurs présents sur le marché rencontre des difficultés pour utiliser ou accéder à des produits ou services financiers appropriés lui permettant de mener une vie sociale normale dans la société à laquelle elle appartient ».

Qu’est-ce que l’Observatoire de l’inclusion bancaire ?

L’OIB est chargé de collecter les informations auprès des établissements de crédit concernant l’accès et l’utilisation des services bancaires et leurs pratiques en matière d’inclusion bancaire. Il est également responsable de la définition, de l’élaboration et de l’analyse des indicateurs d’inclusion bancaire.

C’est quoi l’exclusion financière ?

On parle d’exclusion financière « lorsqu’une personne qui s’adresse aux principaux opérateurs présents sur le marché rencontre des difficultés pour utiliser ou accéder à des produits ou services financiers appropriés lui permettant de mener une vie sociale normale dans la société à laquelle elle appartient ».

Quelle est la nécessité de contrôler l’activité bancaire ?

Risques de l’activité bancaire Les principaux risques sont : le risque de crédit, tel que le risque de contrepartie ; risque de marché, notamment sur les marchés financiers ou risque de change ; risque opérationnel : défaillance des procédures, erreurs du personnel, etc.

Comment devenir une FinTech ?

Si vous souhaitez créer une FinTech, vous devez d’abord vous renseigner sur l’obtention d’une licence et d’un compte bancaire pour votre start-up. L’étude de marché est essentielle pour connaître la concurrence et se démarquer avec un produit innovant.

Comment fonctionne la fintech ? La fintech fait référence au secteur d’activité dans lequel opèrent les entreprises qui offrent des services financiers par le biais de nouveaux moyens de communication et d’information. Banques et chat en ligne, crowdfunding… le marché est en plein essor. Ooreka analyse ce secteur.

Qui finance les fintech ?

En France, Paris est un rouage important de l’écosystème Fintech : la rapidité avec laquelle les entreprises Fintech se créent et leur croissance repose en grande partie sur le financement apporté par des fonds d’investissement implantés dans la capitale. Quant au financement, la ressource est maintenant disponible.

Pourquoi les banques investissent dans les FinTech ?

Si les banques peuvent apporter leur capital, leur image de marque et la confiance de leurs clients aux start-up fintech, ces dernières peuvent pousser les banques à évoluer en termes d’innovation, d’agilité, de réduction des coûts ou encore d’expérience utilisateur et d’usage des données.

Quelle filiale contribué au développement de FinTech ?

Banques en ligne proposant des services bancaires à distance, innovants et à moindre coût : Boursorama, Hello Bank, Fortuneo, B for Bank, Monabanque, Axa Banque, …

Quels sont les outils de la finance verte ?

Parmi les outils de la finance verte, les obligations vertes sont citées, mais pas seulement. Nous devons également parler des marchés des droits de pollution. Ces droits sont en effet échangeables. Les entreprises dont l’activité pollue l’environnement doivent obtenir des droits supplémentaires.

Pourquoi les fintech Peuvent-elles affecter la structure des marchés financiers ?

Le principal élément par lequel les Fintechs peuvent influencer la structure des marchés bancaires est la baisse de leurs coûts par rapport aux banques traditionnelles.

Quels sont les plus grands défis du secteur bancaire ? La perturbation numérique, la concurrence accrue, l’évolution des réglementations et les fluctuations économiques causées par la pandémie sont des enjeux importants pour le secteur bancaire d’aujourd’hui.

Quels sont les enjeux pour la profession bancaire ?

Défis pour les banques Amélioration des processus : Les banques doivent répondre aux besoins immédiats et rapides des clients en simplifiant les processus (processus d’enregistrement, ouverture et vérification des comptes). Ils doivent également être plus réactifs pour améliorer les processus.

Quels sont les enjeux de l’innovation dans les banques ?

En résumé, les principaux enjeux de l’innovation dans le secteur bancaire sont : La digitalisation de la banque de détail. Maintenir les positions acquises sur le marché des moyens de paiement. Développer l’inclusion financière.

Quels sont les enjeux de la digitalisation du secteur bancaire ?

L’un des impacts majeurs de la digitalisation du secteur bancaire est la recherche de valeur ajoutée par les managers. Les succursales ne peuvent pas être réduites à de simples centres de transaction opérationnels tels que les paiements et les envois de fonds, mais elles définissent également des centres de conseil financier.

Quel avenir pour le secteur bancaire ?

En 2030, la banque relationnelle se traduit par une plus grande proximité et un rapport au temps sans entrave. La ville favorise incontestablement la mobilité, la proximité et renforce le besoin d’accès immédiat aux services bancaires.

Comment évolue le secteur bancaire ?

Ainsi, le total de bilan de l’ensemble du secteur bancaire français a augmenté de 970 milliards d’euros (+11 %) et est passé de 8 671 milliards d’euros en 2019 à 9 641 milliards d’euros en 2020.

Comment se porte le secteur bancaire ?

Activités du secteur bancaire en France L’encours global des crédits accordés à l’économie s’élève à environ 2 249 milliards d’euros, dont 942 milliards d’euros concernent les crédits aux entreprises. Les prêts accordés concernent également les ménages puisque 46,4% ont bénéficié du prêt.

Laisser un commentaire