Conseil de Paris : Vente du Parc des Princes, plainte d’Hidalgo…

Lors de cette troisième journée d’échanges, la municipalité a réaffirmé sa volonté de voir le PSG rester au Parc des Princes. Aussi, les élus ont voté pour qu’Anne Hidalgo puisse porter plainte contre Gabriel Attal pour diffamation au nom de la Ville de Paris.

Fin de ce direct !

Les échanges se poursuivent à l’intérieur de l’Hôtel de Ville, mais ce spectacle en direct est sur le point de se terminer. Merci d’avoir suivi. Passe une bonne soirée!

Plus de 2 500 associations financées par la Mairie en 2021

Plus de 2 500 associations financées par la Ville en 2021

En analysant les finances de la ville, il semble que chaque année une grosse enveloppe soit allouée à de nombreuses associations. Alors que les élus débattent de l’attribution des subventions 2023, voici quelques faits.

En 2021, 2 578 personnes ont bénéficié du coup de pouce financier (parfois très important) de la Ville de Paris. En 2013, le montant total de ces versements était de 240,5 millions d’euros et en 2020 il est passé à 295,5 millions (+ 23 %). En 2021, le montant était de 248,3 millions d’euros. La même année, le théâtre musical de Paris est celui qui a obtenu la plus grosse enveloppe : 14,8 millions d’euros.

Soutien financier « Maison des femmes »

Un soutien financier aux « Maisons des femmes »

L’hémicycle a voté en faveur d’une subvention de 90 000 euros aux trois associations de bureaux spécialisés « Maisons des femmes ». Ces systèmes se concentrent sur les femmes victimes de violence.

« Les bleus ne viennent jamais seuls. La violence suppose, pour en sortir, un accompagnement pluridisciplinaire et aussi un accompagnement social », souligne Dominique Kielemoës (Paris en Commun). Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, l’expérience AP-HP est immortalisée.

Quarante espaces verts supplémentaires

Une quarantaine d’espaces verts supplémentaires

Dans le cadre de la politique de végétalisation de la ville, « 40 % d’espaces verts en pleine terre d’ici 2050 », rappelle Nicolas Bonnet-Oulaldj (PCF), le groupe communiste et civique a recensé une quarantaine de parcelles, dont une quinzaine dans le 20e arrondissement. Les objectifs du conseil « présupposent qu’il faut augmenter les espaces verts. En 2050, ce sont 300 hectares supplémentaires ouverts au public, qu’il faut atteindre pour atteindre 10 m2 par habitant », souligne l’élu.

Naia n’a pas obtenu le soutien de la droite. « Nous avons regardé les arrondissements : rien pour les 10e, 5e, 9e et 11e arrondissements. Je suis la 11e élue et la plus dense de Paris et vous gardez le concret, a déploré Nelly Garnier (Changer Paris). Le réchauffement climatique ne sera pas combattu en verdissant quelques sections de chaussée. Si on veut que Paris reste une ville vivable, il faut planter des arbres et non jeter des cubes de béton. Le vœu a cependant été accepté.

« La mairie souhaite que son club reste au Parc des Princes », a assuré Emmanuel Grégoire

« La Ville souhaite que son club reste au Parc des Princes », assure Emmanuel Grégoire

La vente du Parc des Princes, le déménagement du PSG dans un autre stade, l’agrandissement du Parc… De nombreuses hypothèses ont été émises (ou non) sur l’avenir du club parisien au stade du 16e arrondissement ces dernières semaines.

Emmanuel Grégoire a cependant confirmé la volonté de la municipalité pour que son club soit dans le Parc. « C’est obligatoire, a souligné le premier adjoint qui souhaite » que le conseil municipal accompagne la stratégie de développement du PSG. Des discussions doivent avoir lieu. Le Conseil de Paris décidera. »

Alors le PSG va-t-il rester au Parc ? On n’en saura pas plus ce soir.

Pour les écologistes, la vente du Parc des Princes, « non ! »

Pour les Écologistes, la vente du Parc des Princes, « c’est non ! » 

« Pour les écologistes, vendre n’est pas du tout une option. Ce n’est pas! Pour trois raisons : nous voulons préserver, protéger et garder le patrimoine de Paris public. Nous refusons une enclave commerciale qatarie au cœur de Paris et nous voulons protéger notre assemblée de toute influence excessive », souligne Antoinette Guhl.

Même parmi les communistes, ils sont contre la vente. Le PSG offrirait également 40 millions d’euros à la Ville de Paris.

« C’est un monument qui existe depuis 1897. Il ne faut pas le considérer comme une marchandise », précise Nicolas Bonnet-Oulaldje (PCF) et précise que les consultants à Paris peuvent le préciser au dossier. Ce dernier n’est cependant pas contre l’augmentation de l’enceinte. « Le parc demande à accueillir plus de supporters. C’est un honneur que l’on puisse prévoir des travaux pour atteindre 60 000 places (contre 48 000 aujourd’hui, ndlr). Le coût doit être discuté. »

Emmanuel Grégoire : « La mairie de Paris mérite le respect »

Emmanuel Grégoire : « la Ville de Paris mérite du respect »

A l’issue du débat sur la question, l’hémicycle s’est prononcé sur l’opportunité d’autoriser Anne Hidalgo à porter plainte contre Gabriel Attal au nom de la Mairie, malgré l’opposition de la droite.

Avant cela, le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire (PS) avait fait part de son inquiétude face au « déséquilibre démocratique de voir des ministres dire les choses sans nous donner la possibilité du simple droit de contredire ».

De la même manière, comme l’a déclaré l’électeur, « il a proposé au ministre d’en discuter en public. Bien sûr, c’est nié. »

Et de conclure : « Nous pensions que la Mairie de Paris pouvait revendiquer son droit à être respectée en tant que personne morale. La Mairie de Paris mérite le respect. »

« Pour discuter, vous (Anne Hidalgo) préférez porter plainte »

« À débattre, vous (Anne Hidalgo) préférez porter plainte »

C’est du jamais vu. Dans les dernières minutes, les élus ont évoqué l’opportunité d’autoriser le dépôt de plainte contre Gabriel Attal par Anne Hidalgo. Le maire (PS) critique les déclarations du ministre des Comptes publics à France Inter le 23 novembre sur les finances de la Ville, qu’il juge mensongères.

Va-t-il porter plainte en son nom propre ou au nom de la Ville de Paris ? C’est l’objet d’échanges. « S’il doit y avoir plainte, c’est Madame Hidalgo, la maire politiquement engagée de Paris, qui doit porter plainte, mais ce n’est en aucun cas que la Mairie est impliquée », commence Francis Szpiner (Changer Paris).

Le point de vue partagé par le groupe MoDem, Démocrates et Écologistes : « Avons-nous le droit, Madame le Maire, de critiquer votre gestion budgétaire ? Le ministre n’a fait que contester le système contradictoire. Pour discuter, vous préférez porter plainte. Ne le faites pas au nom des Parisiens », lance Maud Gatel.

« On ne peut pas être maires et assureurs »

« On ne peut pas être maire et assureur » 

L’appareil avec lequel l’équipe de Changer Paris rivalise. « On ne peut pas tout mélanger, ce n’est pas grave », assure Jean-Pierre Lecoq, le maire du 6e arrondissement. Nous savons que vous avez déjà de nombreuses responsabilités. Que ferez-vous au sujet de l’assurance? Ce n’est pas la fonction d’une communauté de payer sur le marché de l’assurance. »

« Beaucoup de Parisiens ne sont pas ou mal assurés », souligne Ian Brossat. Il s’agit d’aider les Parisiens frugaux à s’assurer enfin et de gagner du pouvoir d’achat pour les Parisiens qui paient souvent une assurance habitation trop chère et de mauvaise qualité. Cela ne coûte pas un seul euro à la commune. »

Ce nouveau système de couverture peut couvrir environ 400 000 foyers.

Les élus sont de retour

Cette troisième journée de débats reprendra au Conseil de Paris. Les discussions portent toujours sur la question du logement à Paris.

C’est la pause ! 

La séance du matin se termine. Les discussions débuteront à 14h30. Bon appétit!

Quelle participation au logement social XVI.

Quelle part de logements sociaux dans le XVIe ? 

Avec la location d’un immeuble au 75 bis rue d’Auteuil (XVIe siècle), la Mairie de Paris, par l’intermédiaire du bailleur Paris Habitat, souhaite créer 13 logements sociaux dans un quartier qui en compte 7%, a précisé Ian Brossat. .

« C’est vrai qu’en 2001, bien plus qu’au début des années 2000. siècle parce qu’il avait 1%. Nous y parviendrons avec un peu de volonté politique. Cette avancée à faible altitude va nous permettre d’augmenter légèrement le taux de logements sociaux au XIXe siècle », poursuit l’adjoint au maire chargé du logement.

Selon Véronique Bucaille (Changer Paris), cet aménagement va créer un îlot de chaleur et « représente une atteinte au patrimoine de la banlieue parisienne », a commenté la représentante. « La catastrophe, a-t-il déploré, et la politique qui ne porte pas ses fruits, car 12 000 Parisiens fuient la capitale chaque année depuis dix ans. »

Bras de fer sur la maison entre gauche et droite

Bras de fer sur le logement entre la gauche et la droite

Comme le dit Rudolph Garnier (Changeur Paris), « les loyers capitalisés vont alimenter la politique de densification, de concrétisation à outrance que vous menez depuis des années et nous continuerons fermement à la contrer. Nous ne considérons pas la façon dont Paris est construit pour être propre et vert. »

« Une politique du logement de droite ? Je ne le vois pas, répond Émile Meunier (Les Écologistes). La part des logements sociaux devrait être portée à 40% de préférence dans le bâti existant. Nous avons aussi besoin de loyers capitalisés mais comme mode de fonctionnement. Nous voulons transformer les bureaux en logements », poursuit l’élu. Enfin, « on va construire, mais la construction doit rester une exception, parce que ça coûte écologiquement et parce qu’on n’a plus beaucoup de place à Paris. Alors, où? Dans la surélévation des larges avenues et l’aménagement du terrain », a conclu l’élu écologiste.

« Avec votre utilisation démesurée des loyers capitalisés, vite vite vite, c’est le propre des bailleurs sociaux que vous fragilisez », poursuit Anne Biraben (Changeur Paris).

Le plan du site sera bientôt équipé de caméras

La carte des sites prochainement équipés de caméras

D’ici 2026, 320 nouvelles caméras de surveillance seront installées dans les rues de la capitale. 64 sites ont été recensés, « essentiellement dans les quartiers les moins équipés », a souligné Nicolas Nordman, adjoint au maire de Paris, chargé de la sécurité. Ces installations nécessiteront un budget de 4 millions d’euros.

Le maire de Monterrey (Mexique) à la mairie

Le maire de Monterrey (Mexique) à l’Hôtel de Ville

Alors que les maires des arrondissements parisiens poursuivent leurs échanges, notamment sur la question du logement social, Luis Donaldo Colosio Riojas, le maire de Monterrey, au Mexique, fait une apparition dans l’hémicycle.

« Bienvenue parmi nous, merci de votre présence », lance Olivia Polski, qui anime la séance en fin de matinée.

Gel des prix des restaurants, carte Navigo gratuite pour petits et grands

Gel du tarif des cantines, pass Navigo gratuit pour les jeunes et seniors

Au-delà de l’enveloppe dédiée au logement social dans la commune, le budget 2023 propose 2 600 milliards d’euros pour la solidarité. Concrètement, « c’est 5 millions d’euros pour aider les familles dans leurs factures d’énergie, un gel du prix des repas malgré l’inflation et un pass Navigo gratuit pour les petits et les grands », explique Paul Simondon, responsable finances et budget d’Anne Hidalgo. .

5 000 logements sociaux sont rénovés par an jusqu’en 2050

5 000 logements sociaux  rénovés par an jusqu’en 2050

Dans le budget 2023 de la ville, 280,9 millions d’euros sont alloués au logement social. Avec un objectif principal : 25% de logements sociaux d’ici 2025.

Concrètement, la mairie veut accélérer le plan de renouvellement thermique du parc social de Paris avec 5 000 logements par an jusqu’en 2050.

« De nombreux projets sont prévus, comme la rénovation de 150 logements calle de la Prévoyance et calle Gaston Pinot (XIXe siècle) ou un logement social de 154 logements calle Falguière (XVe siècle) », indique la Mairie.

« Nos 250 000 logements sociaux sont les seuls qui respectent le rythme de renouvellement défini par l’Etat dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone », souligne Jacques Baudrier (PCF), adjoint au maire de Paris en charge des bâtiments publics, suivi des chantiers . et transition écologique du bâtiment.

Logement social : les ascenseurs tombent souvent en panne ?

Logements sociaux : les ascenseurs trop souvent en panne ?

Les discussions portent désormais sur la rénovation des logements sociaux de la Ville de Paris. A travers ce numéro, Pierre-Yves Bournazel (Indépendants et Progressistes) déplore le « problème de pannes d’ascenseurs et l’absence de réponse des opérateurs » dans le parc social.

« La semaine dernière, j’étais encore Porte de Montmartre. L’ascenseur ne fonctionne pas. Cela pénalise les personnes âgées, les handicapés, toute la population. Je demande au conseil municipal d’identifier les propriétaires de malfaçons majeures dans les logements sociaux, d’inclure des clauses dans les contrats qui lient les ascenseurs, de limiter les délais d’intervention et d’émettre des sanctions. Il y a un besoin social d’agir », a conclu l’élu.

Favorable à une ordonnance interdisant la consommation de gaz hilarant par les mineurs

Vers un arrêté interdisant la consommation de gaz hilarant aux mineurs

Face aux catastrophes du protoxyde d’azote, autrement dit « gaz hilarant », la Préfecture de Police (PP) annonce un projet d’arrêté.

« Ce décret vise à interdire la possession et la consommation de protoxyde d’azote par les mineurs sur la voie publique. Elle doit être appropriée, proportionnée et limitée. Son application limitée. Elle doit être dirigée spécifiquement vers les quartiers ou zones où l’utilisation de mineurs a été constatée, souligne la sous-préfète Elise Lavielle. Nous définissons ces secteurs en écoutant les maires des quartiers. Une fois l’arrêté rendu, le contrevenant se verra infliger une amende pour une infraction de niveau 2 (maximum 150 euros). »

« Il n’y a toujours pas d’offres pour la prise en charge des toxicomanes »

« Toujours pas d’offre sur la prise en charge de toxicomanes »

« Aujourd’hui, malgré les évacuations qui ont eu lieu notamment au XIXe siècle, nous n’avons toujours pas d’offre pour prendre en charge les toxicomanes qui s’éparpillent dans Paris et renouer avec les quartiers historiques de crack », déplore Rudolph Granier (Changer Paris) qui rappelle les « échecs » du Plan Crack, selon lui, la Chambre régionale des comptes (CRC).

« Les fausses nouvelles suffisent. Le CRC n’a jamais prétendu que le Crack Plan était un échec. Il a dit que ce qu’il proposait était un logement très utile et nous a recommandé d’aller plus loin », a répondu Anne Souyris, adjointe au maire de Paris chargée de la santé publique.

Et d’ajouter : « Oui, il nous manque un circuit post, c’est la situation qu’il faut faire. On en a besoin, on en a déjà parlé, mais ce n’est pas l’alpha et l’oméga du Crack Plan. »

Bonjour, je suis un parisien en situation de handicap, je me déplace en fauteuil roulant électrique. Comment se fait-il que je n’ai pas pu me rendre à Paris depuis 6 ans sans rencontrer des soucis sur les trottoirs tous les 100 mètres ?Patrick. ré

Bonjour, je suis Parisien en situation de handicap, me déplaçant en fauteuil roulant électrique. Comment se fait-il que depuis 6 ans, je ne puis faire un déplacement à Paris sans que tous les 100 mètres je sois confronté à un problème sur les trottoirs ?

salut En effet, selon la droite, « Paris a encore un long chemin à parcourir pour devenir une ville véritablement inclusive ». Outre la circulation compliquée que vous évoquez, le groupe Changer Paris estime que 50% des établissements recevant du public sont à peine accessibles aux personnes en situation de handicap. Dans le budget initial voté mardi, le conseil municipal alloue une enveloppe de près d’un milliard d’euros (à partir de 2022) aux services du logement et de l’urbanisme, dont l’entretien de la voirie.

La municipalité demande la suspension du gynécologue Émile Daraï

La Ville demande la suspension du gynécologue Émile Daraï

Accusé de « violences intentionnellement aggravées » en novembre dernier, le gynécologue Émile Daraï s’est vu interdire de recevoir des patients en milieu privé, mais pas en public.

« Il y a eu 36 chefs d’inculpation pour viol contre le gynécologue qui travaille à l’hôpital Tenon (XX), a rappelé le maire d’arrondissement Éric Pliez (Paris en Commune). Bien sûr, poursuivre les consultations avec ce médecin présente un risque pour les patients. Aucun argument ne justifie ce médecin continuant d’exercer en public qu’il le peut, alors que la justice lui a interdit de voir les patients en milieu privé. Notre volonté propose que la Mairie demande à l’AP-HP de suspendre Émile Daraï à l’hôpital Tenon. La volonté était accordé.

« Mettre fin à l’épidémie de sida à Paris »

« En finir avec l’épidémie de Sida à Paris »

Les premières discussions ont porté sur le vote des subventions aux associations. « Pour en finir avec l’épidémie de sida à Paris », dit Anne Souyris (Les Ecologistes), adjointe au maire de Paris.

santé publique, une subvention de 250 000 euros a été votée en faveur de l’association Vers Paris Sans Sida.

L’objectif, comme celui fixé par l’ONU pour 2030, est « 95% de personnes séropositives diagnostiquées, 95% de personnes diagnostiquées sous traitement et 95% de personnes sous traitement avec une charge virale indétectable », rappelle Florian Sitbon (Paris ). dans la salle de bain).

Près de 900 millions d’euros pour la culture, le sport, les loisirs

Près de 900 millions d’euros pour la culture, les sports, les loisirs

Au début d’une nouvelle journée de discussion, le maire de Paris (PS), dans le rendez-vous quotidien désormais crypté sur Twitter, a rappelé l’investissement de la Ville dans la culture, l’éducation, les sports et les loisirs : 854 millions d’euros.

La somme d’argent qui permettra l’ouverture « d’une nouvelle école de 8 classes à la Calle Constantinopla (VIII) » ou « Deux nouveaux gymnases à la Porte de la Chapelle (XVIII) », a précisé Anne Hidalgo.

Bonjour à tous ! 

Bien remis de la victoire des Bleus ? Après la fête d’hier dans les rues de Paris, une nouvelle journée de discussion commence à l’Hôtel de Ville. La négociation va commencer.

Laisser un commentaire