Conseils de jardinage de Marie Marcat : la symbolique des chrysanthèmes

Quand j’étais enfant, un de mes plus grands plaisirs était d’accompagner mes parents au cimetière, par une belle journée d’été, sur les tombes de tantes et d’oncles que je ne connaissais pas… Celui-ci dans notre petit village du Sud, où les vignes occupent la majeure partie de la grande surface, désormais bétonnée de toutes parts…

Situé au pied d’une colline qui n’a plus de secret pour moi, le vieux cimetière fleurit de plantes dont le vent et les oiseaux répandent les graines… Le sapin de Provence (cupressus sempervirens), à l’odeur d’encens, protège la tombe du vent froid. Symboles de deuil et de vie éternelle, d’autres s’élancent vers le ciel tout près du tombeau. C’était un jardin funéraire, où l’occupation des végétaux était plus importante que celle des minéraux. À l’aide d’un arrosoir, rempli à l’entrée du cimetière et déjà à moitié vide à l’arrivée, j’ai arrosé ce qui se trouvait le long du chemin bordé d’arbres et accidenté. Je saute dans des tombes moussues, m’affaisse avec le temps, et vole des fleurs au passage… Je m’étonne que certaines tombes fleurissent plus que d’autres et rétablissent l’équilibre en poursuivant une redistribution équitable entre toutes les tombes…

Conseil jardinage de Marie Marcat : les bienfaits du cynorrhodon

Ma sœur et moi nous sommes cachées dans un vieux corbillard pour irriter nos parents qui bien sûr ont revu ce vieux carrosse noir. Mon père, qui nous observait du coin de l’œil, était en colère et promit d’une voix forte de revenir sans nous la prochaine fois… Il arracha soigneusement les mauvaises herbes qui étaient éparpillées sur les monticules ordinaires qui recouvraient le trou où se trouvaient nos des êtres chers ont été enterrés. . Ce faisant, mon père a également redressé la plaque funéraire qu’il avait collée sur la terre fraîchement ratissée… La colombe enlacée tenait dans son bec un rameau d’olivier. Les myosotis bordent l’émail vert foncé, ébréché aux angles.

Recevez par mail notre newsletter vacances et trouvez des idées de visites et d’activités dans votre région.

Quand le thermomètre descend sous 0°…

Plus tard, mes grands-parents se sont associés avec des oncles et des tantes et l’intrigue a grandi… Mon père a fait plus de boutures de chrysanthèmes et nous, ma sœur et moi, avons eu plus de fleurs à arroser ! De ces visites j’ai conservé des souvenirs de bonheur paisible, fleuris et parfumés, n’évoquant nullement la mort ou le chagrin, mais remplis de la chaleur de l’été, du soleil éblouissant, de l’insouciance et de la joie enfantine…

Je reviens sans cesse vers les vieilles tombes de mon enfance où d’autres tombes fleurissent maintenant… Bien que je ne saute plus sur les tombes, j’ai été agréablement surpris de retrouver toutes ces images intactes et pleines d’impressions sensorielles. Certes, il y avait moins d’épicéas, évidemment abattus suite à une attaque de champignon Armillaria mellea, couleur ocre, ou pourriture des racines, mais l’ambiance générale était toujours douce et paisible. Lors de ma récente visite, j’ai eu l’agréable surprise de retrouver deux de mes compositions issues des floraisons de l’an dernier : Chrysanthenum rubellum « Clara Curtis », une vivace aux floraisons rose tendre et aux fleurs simples, clairement très vigoureuses. Je ne suis pas fan des variétés de chrysanthèmes qui sont couramment utilisées en l’honneur de nos défunts et qui meurent pendant l’hiver d’avoir été trop forcées et de ne pas avoir suffisamment pris racine. Bien sûr, ils ont beaucoup fleuri autour de la période de la Toussaint, mais se sont fanés dès que le thermomètre est tombé à environ zéro degré.

Je préfère les chrysanthèmes de jardin, aussi appelés marguerites d’automne, qui sont plus naturels et vivaces. Pour propager vos plantes, en divisant les touffes, continuez au printemps plutôt qu’à l’automne, cela donne plus de temps aux plantes pour se développer avant l’arrivée de l’hiver. Pour conserver le port compact de votre pot des années précédentes, mieux vaut couper les tiges des plantes au printemps, à une trentaine de centimètres, pour les aider à se ramifier. Une deuxième pincée durant l’été permettra d’obtenir plus de petites fleurs.

Synonymes de bonheur ou de joie en néerlandais

Alors que le chrysanthème symbolise le jour des morts en France et dans plusieurs autres pays comme la Belgique, l’Espagne, l’Italie, etc., il reste une fleur synonyme de bonheur ou de joie aux Pays-Bas où il entre dans la composition des bouquets de mariage. . En Grande-Bretagne, aux États-Unis ou au Japon, il représente l’amour, la sérénité, l’éternité et la paix.

Laisser un commentaire