Création d’entreprise : à chaque entrepreneur son réseau

Faire appel au bon réseau d’entrepreneurs permet de trouver le bon accompagnement, adapté à chaque projet et à chaque profil.

Les femmes, qui créent près d’un tiers des entreprises en France, y compris les auto-entrepreneurs, peuvent se tourner vers des organismes ou des portails internet qui leur sont dédiés : Action’elles, entrepreneur. fr, Centre de ressources pour l’entrepreneuriat féminin (CREF), Femmes entrepreneures… Et selon des structures spécialisées : Force femmes pour les plus de 45 ans, Mampreneurs pour les mères entrepreneures, Diversitelles pour les femmes créatives d’horizons différents, Fédération Pionnières pour les projets dans le secteur des services innovants, Enovatrices pour encourager le e-commerce ou encore WBMI qui propose du mentorat aux femmes ayant créé leur entreprise depuis au moins trois ans. Le principal avantage de ces réseaux est leur capacité à fournir des compétences et à renforcer la confiance des concepteurs. Dominique Firinga, accompagnée par la Fédération Pionnières pour créer sa société Décodex, qui produit et commercialise des meubles éco-conçus, en a fait l’expérience : « Cela m’a donné une colonne vertébrale plus solide, car j’ai eu la possibilité d’exprimer mes doutes et mes difficultés. Les femmes en ont besoin. Cependant, cette approche très féminine n’est pas forcément présente dans les réseaux généralistes. J’ai aussi rencontré des modèles féminins qui m’ont soutenu. »

>> Service Partenaires : Découvrez SBA, une solution de comptabilité et de gestion de trésorerie en ligne

Les plus jeunes, quant à eux, peuvent se tourner vers des réseaux équipés pour répondre aux difficultés propres aux 18-30 ans qui manquent d’expérience, de connaissances… et justement de réseaux ! Sur les 30 % de jeunes qui ont l’idée de créer leur propre entreprise, seuls 6 % réussissent (1). Un véritable désarroi selon Dominique Restin, fondateur du Moovjea (Mouvement des jeunes et étudiants entrepreneurs), récemment nommé à la tête de l’APCE, convaincu « que la jeune génération est la première ressource de notre pays ». Fondée en 2009, Moovjee dispose d’un programme de mentorat qui a déjà bénéficié à 300 jeunes et organise depuis 2011 le prix « Moovje Innovons Ensemble », offrant aux lauréats une aide financière, des conseils professionnels, une visibilité médiatique et un programme d’accompagnement de douze à vingt quatre mois.

De son côté, l’association 100 Jours pour entreprendre lancera la troisième édition de son concours « Tu veux monter ta box, gagne-la ! » Les candidats ont 100 jours pour poster une vidéo sur le site et récolter ensuite le plus de votes. Le prix? Fonds financier, cadre juridique et comptable et année de tutorat. Augustin Rudigoz, le lauréat 2013, à 24 ans, a lancé Mobeye, une application mobile qui collecte et analyse des données marketing. En plus de l’aide de son mentor, il a bénéficié, grâce aux 100 jours de l’aventure, de parrainages prestigieux : « Nous avons eu la chance d’être parrainés par la société Michel et Augustin qui deviendra par la suite notre premier client. D’un point de vue professionnel, cela nous a permis de confirmer notre projet ; Sur le plan personnel, il a été une vraie source de motivation. »

Autres initiatives nationales destinées aux moins de 30 ans : CréaJeunes et Cap’Jeunes. Le premier, développé par l’Adie, s’adresse aux jeunes des banlieues. Ce programme de formation gratuit comprend des modules collectifs d’une durée de deux à quatre mois, visant à acquérir de la confiance en soi et des connaissances pratiques du monde de l’entreprise, suivis d’un accompagnement individuel dans la formalisation du projet ainsi que des activités de mise en réseau. Cap’Jeunes, du réseau France Active, accompagne gratuitement les jeunes créateurs fragilisés, en recherche d’emploi ou en situation de précarité. « Nous insistons sur les aspects économiques et financiers de la création et sur des points spécifiques comme la présentation aux banques et aux investisseurs », explique Christian Sautter, président de France Active, qui a contribué à la naissance de près de 400 entreprises depuis son lancement. octobre 2012

Expertise ciblée. Selon la nature du projet et le secteur d’activité, il peut également être utile d’approcher des réseaux de niche. L’accélérateur Parrainer la Croissance est dédié aux projets de start-up. Denis Jacquet, son fondateur et président, souligne que « les créateurs confondent souvent une bonne idée avec un bon marché. Notre objectif est de combiner les deux et de les aider à travailler leur business plan et leur présentation, tant sur le fond que sur la forme, pour augmenter leurs chances de récolter des fonds. »

De même, ceux qui souhaitent entrer sur le terrain

peuvent s’adresser à l’Agence de promotion des initiatives socio-économiques (Avise). Grâce à son système de transfert de connaissances (TSF), « un porteur de projet ayant une problématique ou un besoin spécifique acquiert des connaissances spécifiques en un à trois jours grâce à un responsable d’entreprise sociale actif », explique Aleksandra Morais d’Avisa. Localement, les porteurs de projets peuvent également contacter des plateformes propres à chaque région,

pour s’intégrer dans le tissu économique local et accéder aux informations utiles.

>> Service Partenaires : Découvrez SBA, une solution de comptabilité et de gestion de trésorerie en ligne

L’Agence pour la Création d’Entreprise (APCE) publie des ouvrages méthodologiques et des guides pratiques. Véritable mine d’or, son site offre toutes les informations essentielles pour structurer un projet selon son profil et ses intérêts. Vous y trouverez des applications interactives utiles, des formulaires, des documents types, des fiches techniques. La rubrique « Partager » regroupe forums, petites annonces, blogs, chats, sondages… L’agence s’emploie également à promouvoir l’esprit d’initiative, en informant sur les dispositifs existants et les mesures prises en faveur de la création.-transmission. Enfin, elle publie régulièrement des études, des analyses et des statistiques.

(1) Analyse PACE de l’enquête Insee Sine Generation 2010, juin 2013.

Comment faire un networking efficace ?

Les clés d’un réseautage efficace par lesBigBoss

  • Définissez vos objectifs, créez un plan d’action : RS, e-mails, téléphone, réunions physiques.
  • Soyez prudent : écoutez le marché, soyez toujours informé, recherchez des informations sur les sites Web pertinents.

.

Laisser un commentaire