Création d’entreprise : six critères pour choisir le bon statut

Qu’il s’agisse d’une activité commerciale, industrielle, professionnelle ou libérale, l’entrepreneur a le choix entre deux grandes formes juridiques : l’entreprise individuelle (É) ou la société (SARL, SA, EURL, etc.).

Par forme juridique, nous entendons le cadre juridique qui permet à l’entreprise de naître légalement. Qu’il s’agisse d’une activité commerciale, industrielle, professionnelle ou libérale, l’entrepreneur a le choix entre deux grandes formes juridiques : l’entreprise individuelle (É) ou la société (SARL, SA, EURL, etc.).

Le choix entre une entreprise individuelle ou une société se fait selon plusieurs critères :

1/ La volonté d’adhérer ou non : seule l’entreprise peut créer une société à plusieurs.

2/ Le créateur qui veut rester maître à bord choisira l’entreprise individuelle, l’EURL (société unipersonnelle à responsabilité limitée) ou la SASU (société par actions unipersonnelle).

LIRE AUSSI >> TABLEAU COMPARATIF. Cinq statuts juridiques d’entreprise sous le microscope

Dans une entreprise individuelle, le créateur est responsable de ses dettes car son patrimoine personnel se confond avec son patrimoine professionnel. En cas de pépins, les créanciers peuvent saisir les biens personnels du créateur (hors sa résidence principale) sauf s’il a établi une déclaration de non-saisie devant notaire ou un opt-out auprès de l’EIRL.

LIRE AUSSI >> Comment la loi Macron protège la résidence principale de l’entrepreneur

L’EURL (SARL composée d’un seul associé) est plus détendue car la responsabilité du gérant est limitée au montant de ses apports. La SASU quant à elle est réservée aux plus gros projets car les investisseurs peuvent être accueillis.

>> Service Partenaires : rendez-vous sur Legalstart.fr pour effectuer les démarches en ligne pour créer votre société

Dans la fidélisation individuelle comme dans la société, des salariés peuvent être embauchés. Mais sachez qu’en embauchant une équipe, l’entrepreneur individuel s’expose à des risques. En cas de conflit juridique, il est responsable à 100%, y compris sur ses biens personnels.

3/ Règles de fonctionnement de l’entreprise : en fidélisation individuelle, elles sont réduites. Le choix de l’entreprise impose plus de formalité.

4/ Exigences financières : une société et une entreprise individuelle n’ont pas les mêmes exigences. Si les besoins sont conséquents, la création d’une SA (société anonyme) ou d’une SAS (société par actions simplifiée) peut être judicieuse, notamment pour ouvrir le capital aux investisseurs.

LIRE AUSSI >> Tableau comparatif des différents statuts : SARL, SAS, SA

5/ Le système social : il y a une différence selon que l’activité est exercée en entreprise ou en loyauté individuelle. L’entrepreneur est donc soumis au régime social des indépendants s’il est entrepreneur individuel, associé unique d’une EURL ou gérant majoritaire d’une SARL soumise à l’impôt sur les sociétés. Cotise au régime du salarié s’il est gérant minoritaire ou assimilé gérant d’une SARL, PDG ou PDG de SA.

6/ Le régime fiscal : toujours et selon la forme juridique choisie, les bénéfices de la société sont soumis à l’impôt sur le revenu (entrepreneurs individuels, EURL) ou à l’impôt sur les sociétés (SARL, SA, SAS, SASU). Dans le premier cas, le chef d’entreprise inscrit le montant des bénéfices sur son compte de résultat personnel (bénéfices industriels et commerciaux, BIC, pour les commerçants et artisans, ou bénéfices non commerciaux, BNC, pour les professions libérales).

Dans le second, les bénéfices de l’entreprise sont déclarés dans la catégorie des salaires et traitements.

LIRE AUSSI >> Infographie : le statut juridique de l’entreprise

Statut juridique: ce qu’il faut retenir

• IE (entreprise individuelle)

• EURL (société unipersonnelle à responsabilité limitée)

• ou SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle)

• SARL (société à responsabilité limitée)

• SAS (société par actions simplifiée)

• ou SNC (société en nom collectif).

Vous avez un patrimoine à protéger : vous préférez la forme sociétale qui permet de séparer patrimoine personnel et patrimoine professionnel. L’entreprise individuelle (OS) a l’inconvénient de mélanger les deux.

Vous avez besoin d’un capital important : là encore, la forme sociale (SA ou SAS) qui vous permet d’accueillir des investisseurs extérieurs est la meilleure.

Cet article a été mis à jour le 29/04/2019. VF

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une SASU ?

AvantagesDésavantages
Libre détermination du capital social,La rédaction des statuts peut être compliquée
Limitation de la responsabilité de l’actionnaire individuel
Choix du régime fiscal

Quels sont les frais pour la SASU ? La rémunération du président de la SASU est soumise à un taux de cotisation d’environ 65% de son net (ce taux varie en fonction du montant de la rémunération). Ainsi, si le Président perçoit une rémunération nette de 1000 euros, la SASU aura versé environ 1650 euros.

Quels sont les inconvénients d’une SASU ?

Le statut juridique de la SASU présente également de nombreux inconvénients dont vous devez être conscient avant de vous lancer : Formalités compliquées créées. Complexité de la procédure de fermeture de l’entreprise Il existe un délai pour l’imposition de l’IR (impôt sur le revenu).

Quel est l’intérêt de créer une SASU ?

Si la création d’une SASU présente de nombreux avantages, comme la souplesse de son fonctionnement, la limitation de la responsabilité de l’actionnaire, la possibilité de choisir entre rémunération et dividendes, l’absence de charges sociales sur les dividendes, l’affiliation du dirigeant au conseil général schème. …

Quel est le capital minimum d’une SASU ?

Quel est le capital minimum d’une SASU ? Le capital social minimum de la SASU est de 1 euro symbolique. C’est l’un des avantages de la SASU. Par conséquent, la seule obligation du capital social de la SASU est qu’il existe.

Quelle est le capital minimum ?

Capital social américain : un minimum de 37 000 euros est obligatoire. Capital social des sociétés civiles : pas de minimum. Capital social des SNC : pas de minimum.

Quel chiffre d’affaire pour une SASU ?

Tout d’abord, le chiffre d’affaires de la SASU ne peut excéder 10 000 000 d’euros. Aussi, son capital doit être entièrement libéré et ses actions détenues en permanence, à hauteur de 75 % au moins, par des personnes physiques ou une société remplissant les mêmes conditions.

Quels sont les différents statuts possibles lors de la création d’entreprise ?

En tant qu’entrepreneur individuel, vous êtes soumis au régime des travailleurs indépendants (chômeurs).

  • Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EURL)…
  • Société à Responsabilité Limitée (SARL)…
  • Une société par actions unipersonnelle simplifiée (SASU) …
  • Une société par actions simplifiée (SAS)…
  • Société Anonyme (SA)

.

Comment se verser un salaire lorsque l’on est Auto-entrepreneur ?

Il vous suffit de transférer de l’argent (le montant dont vous avez besoin) de votre compte bancaire professionnel (si vous en avez un) vers votre compte bancaire personnel. En bref, votre salaire en tant qu’Auto Entrepreneur doit provenir de vos bénéfices afin que cela n’affecte pas votre trésorerie.

Quel est le salaire net d’un freelance ? �� Quel est le salaire net moyen d’un freelance ? En 2018, des études de l’INSEE montraient que le salaire d’un entrepreneur indépendant était de 9 816 € par an. Seuls 10% des auto-entrepreneurs déclarent un chiffre d’affaires annuel supérieur à 26 000 â¬.

Comment Appelle-t-on le salaire d’un Auto-entrepreneur ?

En principe, il n’y a pas de fiche de paie pour les indépendants. En effet, on parle de salaire en présence d’un contrat de travail, d’où l’expression « salarié ». Cependant, ce terme est souvent utilisé pour désigner la rémunération d’un travailleur, quel que soit son statut.

Quel est le salaire d’un Auto-entrepreneur ?

Selon l’INSEE, le salaire annuel moyen d’un entrepreneur automobile est de 9 816 €. En effet, seuls 10% des micro-entrepreneurs déclarent un chiffre d’affaires supérieur à 26 000 € sur une seule année.

Quelle est la profession d’un Auto-entrepreneur ?

Le statut d’indépendant permet d’exercer la plupart des métiers de l’artisanat : électricien, maçon, architecte, plombier ou carreleur. Cependant, les artisans indépendants sont soumis à de nombreuses règles spécifiques (assurance, expérience requise, immatriculation, etc.).

Comment se faire une fiche de paie en Auto-entrepreneur ?

Alors que faire? Pour justifier de vos revenus d’entrepreneur issus de l’automobile, vous pouvez remplacer les fiches de paie par : Votre dernière attestation fiscale, ainsi que votre attestation de chiffre d’affaires de l’année en cours : vous pouvez télécharger ces documents depuis votre espace auto entrepreneur.

Quel est la différence entre Auto-entrepreneur et entreprise individuelle ?

La seule différence majeure entre les deux est la suivante : une entreprise individuelle est une entreprise individuelle pour laquelle l’entrepreneur a décidé d’opter pour le régime simplifié de l’entreprise individuelle. Cette faculté lui permet notamment de bénéficier d’obligations comptables et déclaratives allégées.

Quel est le meilleur statut pour démarrer une entreprise ?

Société à responsabilité limitée (SARL) : créer une société avec un apport minimum flexible. La société à responsabilité limitée (SARL) comprend au moins deux associés. Cette forme juridique est la plus courante pour les entreprises.

Laisser un commentaire