Gelée : 10 erreurs d’hivernage qui détruisent les plantes, même protégées

En hiver, parfois même en automne, le thermomètre baisse et la température négative stresse les plantes du jardin. Même protégés, ces derniers peuvent subir des dommages irréparables s’ils ne sont pas hivernés correctement. 10 erreurs courantes à éviter.

Ecrit par , le 12 décembre 2022 à 15h53

En matière d’hivernage, la première erreur est de ne pas tenir compte des particularités de chaque plante. Certaines ont besoin d’être placées à l’intérieur ou dans une serre dès l’automne, tandis que d’autres ont la résistance nécessaire pour hiverner à l’extérieur. Pour ces derniers, certaines erreurs ou omissions fréquentes réduisent leurs chances de passer l’hiver sans dommage.

Éviter les principales erreurs d’hivernage des plantes

1 – Protéger les plantes avec un voile d’hivernage inapproprié

Couverture d’hiver, protection indispensable des plantes d’extérieur en hiver, protège du gel les parties aériennes des plantes qui ne peuvent pas être ramenées à l’intérieur. Même lorsqu’elles sont placées dans une serre, certaines plantes doivent également être protégées avec ce type de couverture, car les serres peuvent également être sujettes au gel.

A lire aussi – Empêcher une serre de geler en hiver : une astuce d’ingénieur simple et très efficace

Ainsi, si la couverture hivernale est essentielle pour de nombreuses plantes, elle ne doit pas se faire avec n’importe quels matériaux. Ce sont des articles à acheter en jardinerie ou à fabriquer soi-même, dans un tissu isolant mais respirant, comme le polypropylène non tissé. Les voiles d’hiver peuvent également être fabriquées avec de la toile de jute, un matériau naturel qui n’empêchera pas la circulation de l’air et empêchera donc le développement de maladies, notamment les maladies fongiques.

Bon à savoir : s’il est possible de protéger les pots de plantes d’extérieur avec du papier bulle, ce dernier ne doit pas être utilisé pour envelopper les parties aériennes de la plante, qui doivent respirer.

2 – Mal installer les voiles d’hivernage

La couverture d’hiver, qui doit être installée en amont des périodes de gel, nécessite donc une surveillance attentive de la météo, car il est préférable d’éviter de l’installer trop tôt dans la saison. Il est également conseillé de recouvrir toutes les parties aériennes de la plante, arbuste ou arbre, pour éviter tout courant d’air froid. Assurez-vous donc d’envelopper toutes les extrémités des plantes pour les protéger, en attachant la couverture d’hiver avec une ficelle suffisamment serrée.

Pour mieux isoler les plantes les plus fragiles, n’hésitez pas à doubler le pur, chaque épaisseur permettant d’économiser 4 à 5 C. Les sujets plus gros, comme les arbres nécessitant une protection hivernale, peuvent être protégés par une bâche d’hivernage, plus facile à poser.

HOUSSE D’HIVER 50 X 100CM

Une couverture hivernale pratique à installer, qui protège les plantes tout en leur permettant de respirer.

3 – Ne pas nettoyer les plantes avant de les protéger

A découvrir sur Prêt à Jardiner

Avant d’installer les couvertures d’hivernage, pensez à nettoyer vos plantes de leurs parties abîmées, pourries ou mortes, qui pourraient contribuer à la propagation de maladies ou de moisissures une fois la couverture en place. Profitez-en également pour tailler les plantes dont vous avez besoin, opération qui ne doit pas se faire après l’installation des gelées et qui doit se faire, si possible, par une journée ensoleillée.

4 – Ne pas protéger les pots des plantes extérieures

A lire aussi – 9 plantes à ne pas oublier de tailler en hiver pour bien récupérer au printemps

Les pots de plantes d’extérieur doivent également être isolés du froid, afin de protéger les racines des plantes, qui sont d’autant plus vulnérables au gel qu’elles ne sont pas en terre. Contrairement aux parties aériennes des plantes, il est tout à fait possible d’utiliser du plastique pour protéger pots et jardinières, comme du papier bulle. Pensez également à soulever les conteneurs, afin de les couper du froid qui remonte du sol. Une simple planche de bois ou quelques briques peuvent faire l’affaire.

5 – Ôter trop tard les voiles d’hivernage

LIRE AUSSI – Plantes en pot : quelles précautions prendre avant l’hiver ?

6 – Ne pas pailler le sol

Une autre erreur courante dans les jardins est d’enlever trop tard les couvertures d’hiver, qui doivent être enlevées dès que le gel est passé. Il est donc préférable de passer l’hiver à installer, puis retirer les rideaux, selon les périodes de gel, afin que vos plantes puissent profiter au mieux de l’extérieur et de la lumière tout au long de l’hiver.

Le paillage est également indispensable pour un bon hivernage des plantes d’extérieur, à condition que les plantes soient recouvertes d’une épaisseur suffisante : entre 5 et 10 cm. Ce paillage peut être réalisé avec des feuilles mortes ramassées dans le jardin, des écorces ou de la paille, que l’on peut soutenir avec de la toile de jute. Cependant, essayez d’éviter le paillis fait d’écorces ou d’aiguilles de conifères, qui peuvent être toxiques pour certaines plantes.

7 – Pailler sans désherber au préalable

A lire aussi – Faire du paillis naturel pour un beau jardin

8 – Oublier de protéger le point de greffe des rosiers

Attention cependant, pour être efficace, il est préférable de pailler après avoir désherbé la zone en question si nécessaire, car le paillage protégera toutes les plantes, y compris les mauvaises herbes ! Une fois en place, le paillis va au contraire contribuer à prévenir la prolifération de ces mauvaises herbes indésirables.

Si les rosiers ont besoin d’être protégés pour passer l’hiver en beauté, le point de greffage est un élément essentiel qui demande toute l’attention. Cette partie, où le greffon est attaché au porte-greffe, est reconnaissable au bourrelet qu’il forme sur la tige. S’il vaut mieux éviter de l’enterrer s’il n’est pas déjà en terre – à l’exception des sujets soumis à des hivers particulièrement rigoureux -, il est indispensable de protéger le point de greffe des rosiers en l’entourant de matériaux isolants (paillis généreux, papier journal , et ainsi de suite). .).

9 – Arroser les plantes même en cas de gelées

A lire aussi – Préparer les rosiers pour l’hiver : 5 étapes indispensables à leur survie

En hiver, les plantes ne doivent pas être arrosées de manière beaucoup plus compacte, ce qui peut être fait même en présence d’une couverture hivernale, si des gelées sont annoncées. Si la température est proche du point de congélation, n’arrosez pas non plus, car les racines de vos plantes pourraient geler.

En dehors des périodes de gel, vous préférez arroser votre jardin en début d’après-midi, lorsque les températures sont les plus douces et avant que les froides nuits d’hiver ne s’installent. Ainsi une partie de l’eau aura été absorbée bien avant la tombée de la nuit.

Bon à savoir : même si l’arrosage des plantes en hiver est fortement réduit, pensez à surélever le paillage avant arrosage si nécessaire ; car le paillage humide perd sa fonction isolante tout en contribuant à maintenir un taux d’humidité trop élevé, ce qui favorise l’apparition de certaines maladies.

10 – Utiliser du sel de déneigement

A lire aussi – Arroser en hiver : 6 règles essentielles et autres conseils pour arroser ses plantes quand il fait froid

Dernière erreur qui peut gravement endommager vos plantes pendant l’hiver : utiliser du sel de déneigement pour éviter que les allées de jardin et les terrasses ne gèlent. Si certaines zones de votre jardin sont glissantes, ils préfèrent les protéger avec des produits naturels qui évitent tout glissement, comme la cendre de bois, une matière qui n’abîmera pas vos plantes.

Quel paillage contre le gel ?

ConsoGlobe vous recommande également…

Protection contre le gel au potager : paillis Partout où le sol est nu, protégez le sol avec de l’herbe, de la paille, des feuilles ou du compost. Un mulch épais posé sur un sol nu protège le sol : il sera moins battu et tassé par la pluie, et également protégé du gel.

Quel est le meilleur paillage pour l’hiver ?

Comment pailler pour l’hiver ? Pour cela, vous pouvez déposer un paillis fertile sous forme d’une épaisse couche de feuilles ; Il aura le temps de pourrir et de fertiliser le sol au printemps. Une autre solution consiste à semer des engrais verts comme l’avoine, la moutarde, les lupins, la phacélie, les pois chiches ou la luzerne.

Quel paillage pour empêcher les mauvaises herbes ?

Le choix du paillage Pour votre paillage d’hiver, vous pouvez utiliser tout un tas de plantes [2] : copeaux, déchets de taille, tontes de gazon, terre végétale, coques de fèves de cacao, paille ou encore foin. Bref, vous l’aurez compris, vous n’avez que l’embarras du choix.

Quel est le meilleur paillage contre le gel ?

Certains paillis constituent également une barrière naturelle contre les limaces et les escargots. Coques de cacao (pour les fleurs), écorces de feuillus ou écorces et aiguilles de pin (pour arbustes, haies, rosiers), flocons de lin ou de chanvre, cosses de sarrasin, bâches en fibres végétales…

Est-ce que la paille protège du gel ?

Protection contre le gel au potager : le paillage Les vers de terre auront de quoi se nourrir et enrichir le sol. Conseils : Utilisez une paille si vous pouvez vous en procurer facilement. Sinon, du foin, du vieux compost, des feuilles mortes, des épluchures de légumes mélangées feront l’affaire.

Quels sont les inconvénients du paillage ?

Le paillis forme un matelas isolant qui protège les racines du froid en hiver. Apprenez à pailler à l’automne pour réaliser cette couverture isolante naturelle.

Pourquoi pailler en hiver ?

Autre inconvénient à savoir : même si le paillis empêche la croissance de la majorité des mauvaises herbes indésirables, il reste un sans faute ! Certaines espèces réussiront à se croiser. Au contraire, il n’est donc pas facile de semer en pleine terre avec un paillis organique.

Comment protéger des plants du gel ?

Plus généralement, en maintenant un sol chaud à l’automne, le paillage d’hiver favorise le développement et la richesse des cultures en place ; en permettant au sol de se réchauffer plus rapidement à l’arrivée du printemps, cela favorisera la venue des cultures. Contre les fortes pluies qui emportent le sol.

Comment protéger des arbustes du gel ?

Paillez le substrat de préférence avec un paillis végétal, bien mieux isolant avec un paillis d’écorces, de lin ou de chanvre en couche épaisse, des feuilles mortes ou encore du compost selon la plante. Aérez régulièrement ce paillis afin que l’humidité ne s’y dépose pas trop.

Comment fabriquer un voile d’hivernage ?

Enveloppez les branches dans une couverture d’hiver, éventuellement remplie de feuilles mortes ou de tout autre paillis léger. Enveloppez également les jeunes conifères en gardant bien leur base et en les étalant autour pour que le sol ne gèle pas.

Comment protéger son jardin contre le gel ?

Pour faire une couverture d’hiver, vous aurez besoin de piquets et de toile de jute. Il est plus facile d’utiliser des rouleaux, mais si vous en avez des sacs, cela fera l’affaire. Il faut prévoir 3 ou 4 tuteurs par plant. Réglez leur hauteur en fonction de la taille de votre plante.

  • Au jardin d’ornement :
  • Utilisez des feuilles mortes pour emballer les personnes froides.
  • Une fenêtre pour protéger les plantes de rocaille.
  • Film plastique pour protéger les plantes en pot.
  • Habillez les bananiers, les fougères et les palmiers avec des manchons.

Pourquoi couvrir la terre du jardin ?

Couvrir les vivaces avec des couettes en paille.

Quel est le meilleur paillage pour l’hiver ?

Couvrir le sol peut limiter l’érosion, l’enrichir, limiter le développement des mauvaises herbes ou encore protéger les cultures et le sol des intempéries… Mais encore, ne couvrez pas trop tôt, sinon les cultures seront endommagées…

Le choix du paillage Pour votre paillage d’hiver, vous pouvez utiliser tout un tas de plantes [2] : copeaux, déchets de taille, tontes de gazon, terre végétale, coques de fèves de cacao, paille ou encore foin. Bref, vous l’aurez compris, vous n’avez que l’embarras du choix.

Quel est le meilleur paillage contre le gel ?

Quel paillis pour éviter les mauvaises herbes ? Certains paillis constituent également une barrière naturelle contre les limaces et les escargots. Coques de cacao (pour les fleurs), écorces de feuillus ou écorces et aiguilles de pin (pour arbustes, haies, rosiers), flocons de lin ou de chanvre, coques de sarrasin, bâches en fibres végétales…

Quel est le paillage le plus efficace ?

Protection contre le gel au potager : le paillage Les vers de terre auront de quoi se nourrir et enrichir le sol. Conseils : Utilisez une paille si vous pouvez vous en procurer facilement. Sinon, du foin, du vieux compost, des feuilles mortes, des épluchures de légumes mélangées feront l’affaire.

Est-ce que la paille protège du gel ?

L’ardoise est l’un des paillages minéraux les plus connus et les plus efficaces, tandis que le paillage de chanvre sera très efficace en été et pour les plantes qui aiment la chaleur. Le paillis de pouzzolane est idéal pour protéger les fleurs comme les coquelicots ou les anémones.

Quel est le meilleur paillage naturel ?

Le paillis forme un matelas isolant qui protège les racines du froid en hiver. Apprenez à pailler à l’automne pour réaliser cette couverture isolante naturelle.

Quel est le meilleur paillage pour le jardin ?

Si vous préférez utiliser un paillis naturel, il est recommandé de privilégier les toiles de paillage tissées à partir de fibres végétales, car elles sont biodégradables, contrairement à celles en plastique. Vous pouvez trouver des tissus fabriqués à partir de fibres de lin, de fibres de coco ou de jute.

Quel est le paillage le plus efficace ?

Le compost, qu’il soit pourri ou en surface, est un excellent paillis, nourrissant les plantes et améliorant le sol. Il y a rarement assez de compost décomposé dans un jardin, c’est pourquoi il est intéressant d’y ajouter des déchets végétaux.

Laisser un commentaire