Guichet unique pour les entreprises : Bercy vise toujours le 1er janvier…

Publié le 27 décembre 2022 à 11h12 Mis à jour le 27 décembre 2022 à 15h49

A Bercy, on insiste et on signe : le guichet unique électronique des démarches commerciales verra le jour le 1er janvier 2023 comme promis par le gouvernement. Ensuite, ce sera le seul moyen de déclarer des opérations pouvant mettre la vie d’une société à un point – création, changement de statuts, cessation d’activité, présentation des comptes annuels, etc. -, où jusqu’à présent il y avait 56 formulaires. Toutes les démarches administratives seront dématérialisées, contre 30% actuellement. Un grand changement.

Bien que certaines parties prenantes souhaitent retarder la date d’entrée en vigueur de ce projet, sceptiques quant au fonctionnement de la nouvelle plateforme, l’exécutif s’oppose à la fin de l’inacceptable. « Il faudrait une loi pour changer le calendrier », a-t-on expliqué au ministère de l’Économie où l’on assure que l’on sera « serein » quelle que soit l’ampleur du changement.

Retours d’expérience négatifs

Créé par la loi Pacte de 2019, le guichet géré par l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) remplacera les six réseaux de Centres de Traitement des Entreprises (CFE) gérés par les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI), les chambres de métiers et d’artisanat. , chambres d’agriculture, secrétariats, fisc et Urssaf. « Ce sera une porte », souligne-t-on à Bercy. Les CFE continueront à valider les informations reçues dans le « back office ».

Sur le papier, le guichet unique électronique devrait faciliter la vie des entreprises. Cependant, les négociations sur la mise en place de la plateforme ont été difficiles, le projet s’est heurté à l’opposition de certaines parties prenantes. Ces derniers jours, des articles de presse ont repris leurs avis négatifs sur divers aspects : difficultés de connexion, formulaires lourds, zones inaccessibles, etc. Cela crée la peur des pannes après le démarrage.

100.000 créations d’entreprise mais « 11 bugs seulement »

Nous reconnaissons au Medef « des inquiétudes sur la capacité de l’INPI à garantir une bonne qualité de prestations dès le début de 2023, notamment en termes de délais », « Echos ». « L’outil est trop compliqué : on passe de 6 écrans à 38 et de 20 questions à 196 », prévient François Hurel, président de l’Union des autoentrepreneurs.

Bercyn ne peut nier que la nouvelle ergonomie a rallongé le temps de remplissage des formulaires. Cependant, le ministère rappelle qu’en 2022 la plateforme était déjà disponible pour la création d’entreprise et que « sur plus de 100.000 dossiers, seules 11 erreurs ont été relevées et toutes ont été résolues ». « Face à un projet de cette envergure, il faut se préparer aux petits contretemps, mais nous mettons tout en oeuvre pour qu’il y en ait le moins possible », ajoute-t-on.

Assistance téléphonique

Un plan de suivi est prévu. Avec le lancement du guichet unique, certaines demandes seront dirigées vers le guichet d’affaires de l’INPI et les CFE, en place depuis des années. Pour faire face aux difficultés que peuvent rencontrer les entreprises, une assistance téléphonique « calibrée pour recevoir 100 000 appels par semaine » sera également lancée. Nous reconnaissons que Bercy peut être amélioré notamment pour faciliter le processus de reconnaissance. Des améliorations seront apportées au début de l’année prochaine, c’est promis.

Laisser un commentaire