Ile-de-France : deux centres de santé condamnés pour « pratiques frauduleuses »

posté

le 22/01/2023 à 12:40, Mis à jour le 22/01/2023 à 14:55

« Ces centres sont notamment accusés d’avoir établi de fausses factures et d’avoir facturé des actes fictifs », précise l’Assurance maladie, qui estime le préjudice financier à près de 1,5 million d’euros.

Une décision rare. Deux centres de santé dentaires ou ophtalmologiques d’Île-de-France ont été radiés par la Sécurité sociale pour « pratiques frauduleuses », a annoncé dimanche l’Assurance maladie. L’une est une clinique dentaire située dans les Yvelines, l’autre une clinique dentaire et ophtalmologique située en Seine-Saint-Denis. C’est vrai, ils sont situés respectivement à Trappes et au Blanc-Mesnil, a indiqué à l’AFP la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), confirmant une information du journal Le Parisien.

« Ces centres sont notamment accusés d’avoir établi de fausses facturations et de facturer des actions fictives, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas effectué », précise la Cnam dans un communiqué. La perte financière pour l’Assurance Maladie est estimée à près de 1,5 million d’euros pour ces deux centres.

Lire aussi Surfacturation, actes mal exécutés… Les dérives de certains centres dentaires et ophtalmologiques

Contrôles de l’Assurance maladie

« Considérant la gravité des faits et le montant du préjudice financier », l’Assurance maladie a décidé de les licencier « pour une durée de cinq ans sans sursis », indique son communiqué. La mesure prend effet à partir de lundi pour le centre de Seine-Saint-Denis, et à partir du 1er février dans celui des Yvelines. Ces désagréments sont sans précédent pour les centres de santé, selon l’Assurance maladie.

Concrètement, cela signifie que la Sécurité sociale n’y paiera les soins que sur une base très faible, le tarif dit « d’autorité ». Par exemple, pour une consultation d’ophtalmologie à 30 euros, le remboursement n’est que de 1,22 euros. « L’Assurance maladie déconseille donc vivement à ses assurés de recourir à ces centres, notamment compte tenu des pratiques frauduleuses qui y ont été détectées », précise-t-elle dans son communiqué. Les deux principales caisses concernées (CPAM des Yvelines et Seine-Saint-Denis) ont porté plainte, selon la Cnam.

Les centres de santé dentaires et ophtalmologiques, dont le développement a été favorisé pour améliorer l’offre de soins, sont dans le collimateur de nombreux professionnels médicaux et paramédicaux. L’Assemblée nationale s’est prononcée fin novembre en faveur d’un encadrement plus strict de ces structures, dont certaines sont présentées comme des « machines cachées ». Dans son communiqué, l’Assurance maladie se dit « fortement mobilisée » dans le contrôle des centres qui affichent des factures « atypiques ». Il précise que « 88 centres de santé dentaire et 44 centres de santé ophtalmologiques sont actuellement soumis à des contrôles par les caisses d’assurance maladie ».

Laisser un commentaire