Ile-de-France : une séance de yoga géante pour Octobre Rose

L’activité physique est nécessaire pour réduire le risque de cancer du sein. C’est en tout cas l’idée soutenue par la Haute Autorité de Santé (HAS) et les établissements de santé de la Fondation Cognacq-Jay. Une idée mise en place en octobre dernier, à l’occasion d’Octobre rose par l’hôpital Cognacq-Jay, la clinique Saint-Jean-de-Dieu et l’hôpital Forcilles.

Les trois établissements se sont en effet proposés de participer à une séance de yoga gratuite autour de l’Ile-de-France. 300 femmes y ont participé, et un homme, moi, journaliste à AirZen Radio.

Former à l’autopalpation

Pour ce reportage, j’ai pris la rue de la mairie du 7ème arrondissement de Paris. À mon arrivée, j’ai été prise en charge par des bénévoles qui m’ont donné une chemise de yoga rose floquée. Ils m’ont alors dirigé vers les jardins de la mairie où il y avait des tapis de sol roses allongés dans l’herbe, sous le soleil. Après quelques mots de bienvenue de Rachida Dati, maire de l’arrondissement, le cours a pu commencer. Je n’avais pas prévu de participer au cours, c’était une première pour moi.

L’objectif premier de l’événement était de rassembler les femmes dans une dynamique de prévention du cancer du sein, à l’occasion d’Octobre Rose, qui passe ici par le sport et notamment le yoga. L’activité physique quotidienne peut réduire le risque de développer des maladies chroniques, dont le cancer du sein.

Près de 3 000 nouveaux cas de cancer sont liés à une activité physique insuffisante. Le deuxième objectif de l’événement était de former les femmes à l’auto-examen et de bénéficier de conseils pour mieux manger grâce à la présence d’une diététicienne.

Laisser un commentaire