Jardin : Comment préparer son potager pour le printemps

Au-delà de ces récoltes, certains semis peuvent déjà être préparés pour être mis en serre, selon Didier Flipo : « Janvier est plus un moment où nous allons commencer à préparer la saison. Les pommes de terre peuvent déjà être germées, peut-être pour les personnes qui veulent des pommes de terre très précoces comme les pommes de terre nouvelles. C’est pour les gens qui ont une serre, et donc, qui pensent les mettre en serre au tout début du printemps, ce serait le moment de les mettre à germer. On peut commencer à semer pour les premières salades de printemps, on va donc tout mettre à l’intérieur, dans des seaux, des caissettes ou des assiettes alvéolées. Voici les semis qui peuvent déjà être préparés : « On peut faire les premières salades, les premiers épinards, persil, radis… » Il faut les mettre en terre.

C’est aussi maintenant qu’il faut commencer à semer tous les petits légumes que l’on veut assembler relativement tôt dans la saison : « On peut commencer à anticiper les légumes d’été que l’on veut commencer très tôt car ils se développent beaucoup plus lentement. . C’est notamment le cas de toute la famille des solanacées, c’est-à-dire tomates, poivrons, aubergines… Par contre, pour les personnes qui vont les installer à l’extérieur, c’est quand il est encore un peu trop tôt dans la saison Il faut attendre un mois ou deux », explique Didier Flipo. Pour protéger les plantes du froid et du gel, il ne s’agit pas de les laisser à l’extérieur : « Une serre est le bon endroit, si ce n’est sous un porche ou simplement derrière les fenêtres plein sud dans une pièce dédiée. Il s’agit de repiquer plus tard et c’est pour les gens qui ont vraiment des fourmis dans les doigts et qui veulent se lancer dans la production. »

Mais pour préparer le printemps, il ne faut pas sortir pour affronter le froid, explique Didier Flipo : « Ce que je vous conseille de faire en janvier, c’est de préparer, au chaud de la maison, la saison suivante en faisant des tâches qui sont très importants : faire l’inventaire de ce que l’on a comme sac de graines, faire éventuellement des petits tests de germination. Prenez quelques graines de chaque paquet et faites-les germer pour voir si les graines sont encore viables. Ensuite, nous pouvons passer la commande pour la saison prochaine. » Le spécialiste donne également quelques conseils de conservation : « Dans le cas de légumes déjà rentrés, par exemple des carottes ou des pommes de terre, il faut penser à les surveiller périodiquement pour les sortir au fur et à mesure. dès qu’il y a des légumes abîmés. Idem pour le potiron. Dès qu’il y en a un qui commence à être un peu abîmé, on enlève la partie abîmée, on lance la cuisson. Ça évite qu’il s’abîme et puis ça évite aussi que le légume contaminant les autres à pourrir. »

Pour Didier Flipo, pas de secret : le froid est l’allié des légumes durables : « Il faut beaucoup de froid pour que les légumes se conservent bien pour la plupart des légumes, sauf peut-être toute la famille des potirons qui se conserve bientôt plus longtemps autour de 18°C. Sinon pour tous les autres, ce sont les légumes racines, le chou, tous les légumes d’hiver, ils se conservent bien mieux aux températures les plus froides possibles, si vous avez une cave très fraîche, par exemple, dans du sable légèrement humide, il se peut que ce soit une bonne idée. sachant qu’ils tiendront mieux, mais en revanche, ce sera plus difficile à contrôler. S’ils sont conservés au frais dans de bonnes conditions, tous les légumes-racines peuvent être conservés tout l’hiver. Ils sont récoltés au début de l’hiver et peuvent être stockés jusqu’au printemps. »

Il recommande également d’éteindre les systèmes de récupération d’eau de pluie avant le retour des beaux jours : « Il n’y a pratiquement pas d’équipement de récupération qui résiste vraiment au gel. Il est préférable de le purger pendant l’hiver. Lorsqu’il y a moins de risque de gros gel, nous commençons à le remettre en service. » mais ce sera plus à partir de mars si on commence à remplir les réserves à partir de mars on a souvent de bonnes pluies et ça permet de reconstituer les stocks ».

Pour Didier Flipo, c’est aussi le moment de réfléchir à son calendrier de semis : « Au moment de faire le point sur ses semences, au moment de passer commande, c’est aussi le moment de se demander : qu’est-ce que je vais semer à telle date ? ». Nous sommes déjà devant les catalogues de semences avec toutes les dates recommandées, parfait. Tout est à portée de main, il est donc temps de faire un petit calendrier et de décider de ce que l’on va mettre autour de cette année, éviter de se faire déborder quand on est en pleine action, surtout au printemps et oublier de semer certaines graines. Si vous avez déjà rédigé un petit calendrier avec les choses que vous pouvez oublier, cela permet de limiter les risques d’erreur durant la saison. L’anticipation est, dit-il, la clé d’une saison réussie.

INDEX_6

INDEX_7

Laisser un commentaire