Jardinage : 8 conseils pour préparer son jardin avant de partir en vacances

Vous chouchoutez vos plantes toute l’année, mais en été c’est le moment de les mettre en vacances quelques semaines. Avant de partir, réfléchissez à ce qu’il faut faire pour les retrouver en bon état à votre retour. Comment organiser l’arrosage, éviter les mauvaises herbes, favoriser la floraison pour votre retour, comment les ombrager… Autant de questions et de réponses à trouver ici.

Le départ pour les vacances d’été approche, il va donc falloir bien préparer le jardin pour répondre à tous les besoins des plantes pour les retrouver en bonne santé. L’arrosage, le désherbage, le paillage et bien plus encore doivent être faits avant même de penser aux vacances.

Anticiper les arrosages

Si vous n’avez pas la chance de faire venir un voisin arroser votre coin de pelouse, prévoyez l’arrosage. L’approvisionnement en eau est essentiel à la survie des plantes. Une semaine avant le départ, arrosez bien toutes les plantes et installez le système d’arrosage. Il peut être planté dans le potager et les plates-bandes s’il est laissé pendant 15 jours. Pour les absences plus longues, il est préférable d’installer un kit d’arrosage branché et relié à un robinet avec une minuterie afin de pouvoir régler à distance les jours et la quantité. Un simple tuyau muni de compte-gouttes placé à la base de chaque fleur ou légume les alimentera régulièrement en eau.

Pour les plantes d’intérieur, on retrouve le même système avec une plus ou moins grande réserve d’eau pour nourrir chaque plante d’intérieur.

Pour les courtes absences, de petits réservoirs sont disponibles à placer dans des pots de fleurs à l’intérieur ou à l’extérieur. Vous pouvez également adapter les embouts aux bouteilles en plastique inversées qui apporteront de l’eau pendant des jours. Les gels solides de rétention d’eau moins couramment utilisés absorberont l’eau d’irrigation et la restitueront en fonction des besoins des plantes.

Conserver l’humidité du sol

Qu’il s’agisse de jardinières, de pots, de plates-bandes ou de rangées de légumes au potager, binez le sol pour casser la croûte de surface et permettre à l’eau de pluie de pénétrer en profondeur. Les racines puiseront ainsi l’eau nécessaire au bon développement de la plante.

N’oubliez pas de pailler la base des légumes, des fleurs, des haies, des arbustes ou des arbres fruitiers si vous devez vous absenter. Cette couche de protection des plantes retiendra l’humidité des précipitations ou de l’irrigation goutte à goutte.

Éviter la pousse des mauvaises herbes

Pour cela, une semaine avant le départ, désherbez les rangées de légumes du potager et des plates-bandes. Ensuite, appliquez un paillis de 10 cm d’épaisseur de paille, de tontes de gazon séchées, de paille de lin, de BRF ou d’un autre matériau pour arrêter la croissance des mauvaises herbes. Vous ne trouverez donc pas de terrain herbeux ou de jungle à votre retour.

Stimuler les floraisons

Avant de partir, enlevez le plus de fleurs fanées possible pour éviter de gaspiller l’eau. Pour les plantes de balcon fleuries, pincez les jeunes bourgeons avant de partir. Ce geste déclenchera l’apparition de nouvelles fleurs pour votre retour.

Ombrager les plantes fragiles

Dans le jardin, déplacez les plantes sensibles à la chaleur contre un mur ou sous un arbre. Pendant les vacances, la chaleur peut survenir et endommager les plantes fragiles. Le placer à mi-ombre limitera les dégâts. Sur le balcon, regroupez les pots à l’abri de la lumière directe du soleil pour permettre à l’air de circuler entre chaque plante. Au potager, on installe des bacs renversés pour faire de l’ombre aux laitues ou aux radis. Pour les grands espaces, placez des roseaux ou des voiles d’ombrage.

Devancer les maladies et la présence d’insectes

Quinze jours avant votre absence, faites une observation du potager, des plates-bandes et des fleurs du balcon pour déterminer la présence ou non d’insectes nuisibles ou la présence de maladies. Sur la base des observations, traitez avec le bon produit au bon moment pour éviter la propagation pendant votre absence. Partez sans souci avec des plantes en pleine forme.

Récolter et conserver fruits et légumes

C’est la saison des récoltes de haricots, tomates, courgettes, framboises, alors cueillez-en autant que vous le pouvez avant de partir. Emportez-les avec vous ou conservez-les dans des bocaux ou au congélateur. Pensez à vos amis et voisins qui restent et peuvent cueillir des fruits et légumes pendant votre absence. Tu seras heureux!

Sortir les plantes d’intérieur les moins fragiles

Profitez de votre absence pour sortir les plantes d’intérieur moins fragiles et offrez-leur une sortie estivale. Préfère un endroit ombragé. Plantes vertes, cactées, succulentes, orchidées et plantes à fleurs seront appréciées au lieu de vivre dans l’air saturé d’un intérieur clos.

Comment préparer le potager en mars ?

Mars-avril est le moment d’enlever les restes de paillis afin que le sol puisse sécher et se réchauffer sous les rayons du soleil. Bien sûr, ne jetez pas ce paillis compostable. Si vous êtes un jardinier moins expérimenté, vous avez laissé le sol de votre potager nu pendant l’hiver.

Comment préparer le sol pour un potager ? Préparer le sol : désherber, tailler et aérer

  • Les dents sont enfoncées verticalement dans le sol pour travailler les 20 à 30 premiers centimètres.
  • Secouez doucement l’outil d’avant en arrière.
  • On sort l’outil et quelques centimètres plus tard on recommence jusqu’à avoir traité toute la surface.

Quand et comment préparer la terre du potager ?

Quand préparer le potager Si vous pouvez nettoyer le potager à la fin de la récolte, préparez le sol aussi au printemps avant les premiers semis et les premières plantations. Il est important d’ameublir le sol et d’ameublir les mottes.

Comment préparer la terre du potager au printemps ?

Fertilisez le sol du potager Au début du printemps, ajoutez du paillis ou de l’engrais vert semé à l’automne qui s’est partiellement décomposé au sol. Éliminer l’excédent de matière organique dans le tas de compost. En l’absence de modifications apportées à l’automne, fertilisez le sol avec un engrais végétal spécial à libération lente.

Comment préparer la terre pour faire un potager ?

Quand commencer à préparer son potager ?

L’automne est le moment de préparer votre potager pour le printemps. Vous pouvez ranger les derniers légumes, et mettre les vieilles plantes au compost (si elles ne sont pas malades, bien sûr).

Comment préparer la terre du potager au printemps ?

Fertilisez le sol du potager Au début du printemps, ajoutez du paillis ou de l’engrais vert semé à l’automne qui s’est partiellement décomposé au sol. Éliminer l’excédent de matière organique dans le tas de compost. En l’absence de modifications apportées à l’automne, fertilisez le sol avec un engrais végétal spécial à libération lente.

Comment préparer la terre avant de commencer son potager ?

Ameublissez doucement le sol. Tout commence par ameublir la terre avec une grelinette (ou aérobêche), si votre terre n’est pas trop lourde pour cela. Sinon, retourner la terre à la fourche en mottes rugueuses, sans écraser ni ratisser.

Comment enrichir la terre du potager au printemps ?

Fonction : le fumier fertilise rapidement et fortement les nouveaux sols (argileux, pauvres en humus) en leur apportant de l’humus et des éléments rapidement absorbés par les cultures. Il vaut mieux utiliser du « vieux » fumier, âgé de 1 à 2 ans (les pailles ne sont pas bien visibles) et il vaut mieux ne pas l’enfouir très profondément.

Quand mettre du fumier dans le jardin potager ?

La ponte s’effectue en automne voire au début de l’hiver. Le fumier de cheval est une matière légère et chaude. Il est donc excellent pour les sols argileux, compacts et humides, qui les illumineront et les réchaufferont.

Quel légume n’aime pas le fumier? Ne plantez pas d’oignons, d’ail, d’échalotes et de carottes sur une terre qui a été fertilisée… En revanche, les légumes gourmands à cycle long vous remercieront. Ce sont des citrouilles, des concombres, des courgettes, ainsi que des melons, des tomates et, bien sûr, du chou.

Quelle quantité de fumier pour un jardin ?

La première année, une bonne dose est de 3 kg de fumier de cheval décomposé, et la deuxième année, 1 kg par m2. En entretien, l’épandage de fumier décomposé ne se fera pas tous les ans. Vous pouvez ajouter ce fumier tous les 2 ou 3 ans, à raison de 1 kg par m2.

Quelle épaisseur de fumier ?

Le fumier n’est pas utilisé comme engrais, mais comme additif pour améliorer le sol. Donc, une fois qu’il est décomposé, étalez-le sur le potager d’environ 6 pouces d’épaisseur.

Quelle quantité de fumier par m2 ?

Alors, quelle quantité de fumier de cheval faut-il apporter par m2 ? La première année, une bonne dose est de 3 kg de fumier de cheval décomposé, et la deuxième année, 1 kg par m2. En entretien, l’épandage de fumier décomposé ne se fera pas tous les ans.

Quand incorporer du fumier au potager ?

Quand et comment fertiliser le potager ? En général, il est recommandé d’épandre le fumier en le recouvrant de paille, de feuilles mortes et de branchages en automne, car il faut environ 6 mois pour bien se décomposer. Arrosez le fumier pour la pourriture précoce.

Quand mettre du fumier frais dans le jardin ?

Le fumier est un intrant essentiel pour l’amélioration des sols. En général, le fumier doit être appliqué au jardin deux fois : au début de l’automne et à la fin de l’hiver, en mars. Cependant, assurez-vous de ne mettre le fumier sur le jardin qu’après qu’il se soit décomposé pour éviter la brûlure des cultures.

Quand ajouter du fumier ?

Lorsque le fumier est bien composté sans être brûlé, il peut être utilisé au printemps, juste avant le semis et la plantation. À ce moment-là, il faudra l’appliquer sur la couche supérieure du sol, c’est principalement une méthode que vous utiliserez au potager, mais ce traitement peut également être bénéfique pour les plantes et les fleurs.

Quand mettre du fumier pour les tomates ?

Il est préférable de l’étaler sur le sol, généralement 3 à 4 mois avant la plantation, et de le laisser se décomposer. Plus précisément, mettez du fumier à moitié mûr sur le sol à l’automne.

Quel fumier pour les tomates ?

1 – Le fumier de cheval Au printemps, bien composté, vous pouvez l’épandre sur le potager en libérant progressivement les sources de potassium et d’azote. Il sera également utile comme paillis au pied des plantations les plus exigeantes (citrouilles, tomates).

Est-ce que les tomates aiment le fumier ?

Il convient d’en apporter aux légumes et autres végétaux qui en ont le plus besoin : toutes les citrouilles, tomates et autres solanacées (poivrons, aubergines…). Ce légume gourmand tolère un fumier à moitié mûr, voire à peine composté.

Une fois que l’arbre ou l’arbuste a été planté et correctement tuteuré, un arrosoir efficace doit être disposé à la base de la plante. L’arrosoir doit être suffisamment grand autour de l’arbre ou de l’arbuste pour faciliter l’arrosage.

Quel est le meilleur engrais pour le potager ?

Le compost est l’un des meilleurs engrais organiques. Il est produit à partir de déchets de jardin et/ou de cuisine. Pour réussir, nous veillons à l’équilibre des matières vertes et brunes. Le compost apporte beaucoup de nutriments aux plantes.

Quel est l’engrais le plus puissant ? Fumier d’orties ! Le fumier d’orties présente plusieurs avantages. En tête de liste se trouve un engrais naturel riche en azote, qui va stimuler la croissance des plantes tout en les rendant plus résistantes aux maladies.

Quand mettre de l’engrais pour le potager ?

Le début du printemps est un bon moment pour utiliser des aliments végétaux naturels à action lente. Pour les plantations sur parcelles ou les semis, cette contribution est généralement payée 2 semaines à l’avance. Vers la fin du printemps, certaines plantes ont également besoin d’un engrais à action rapide.

Quand et comment enrichir la terre du potager ?

Quand : De préférence en automne dans les potagers. Combien : une demi-brouette par m² max. Sur quoi : dans les nouveaux potagers. Fonction : le fumier fertilise rapidement et fortement les nouveaux sols (argileux, pauvres en humus) en leur apportant de l’humus et des éléments rapidement absorbés par les cultures.

Comment mettre de l’engrais dans un potager ?

Quel est le meilleur engrais pour les tomates ?

Le fumier d’ortie (riche en azote), le fumier de consoude (riche en minéraux), la cendre de bois (riche en potasse et phosphore) et les coquilles d’œufs sont des engrais naturels que vous pouvez utiliser pour les tomates.

Quand mettre de l’engrais aux pieds de tomates ?

Quand fertiliser les tomates ? Dès l’automne avant le semis, lors de la plantation et pendant la culture.

Quel est le meilleur engrais naturel pour les tomates ?

La cendre de bois est un engrais naturel très riche en potassium et en phosphore. Pour fabriquer cet engrais, il suffit de disperser la cendre sur le sol, puis de la ratisser légèrement pour l’incorporer. Il est idéal d’appliquer cet engrais avant la pluie pour maximiser la pénétration des nutriments.

Quel type d’engrais le plus important ?

Engrais inorganiques Ce sont les engrais les plus utilisés en raison de leur facilité d’utilisation et de leur dissolution rapide dans le sol, ce qui facilite l’absorption par les racines.

Quel est l’engrais le plus puissant ?

1 – Le fumier d’ortie L’ortie est connue pour avoir de nombreuses vertus, notamment sa richesse en minéraux, vitamines et oligo-éléments, ce qui en fait un excellent engrais pour la croissance des plantes et renforce leurs défenses contre les maladies et les parasites.

Quel est l’engrais le plus utilisé ?

Avec le développement de la chimie, les engrais agricoles minéraux et chimiques sont de plus en plus utilisés, car peu chers et très efficaces.

Qu’est-ce qui fait qu’un jardin est beau ?

Un beau jardin, c’est bien sûr des plantes, des fleurs et des couleurs, mais aussi des odeurs et des parfums qui stimulent nos sens…

.

Laisser un commentaire