L’astronaute Sophie Adenot, professeur de yoga bientôt à bord de l’ISS

Publié le 29 novembre 2022 à 18 h 11 Mis à jour le 1 décembre 2022 2022 à 15:02

Vingt ans après Claudie Haigneré, Sophie Adenot, 40 ans, est la deuxième femme française sélectionnée par l’Agence spatiale européenne (ESA) parmi les 22 523 candidatures reçues en 2020. Après un an de recherche d’emploi et neuf mois, elle fait désormais partie de celui-ci. du nouveau centre de développement pour 17 européens, dont 5 astronautes, a été inauguré le 23 novembre. « Un rêve de petite fille », sourit-elle sans sombrer dans l’excitation. Avant d’être touché par son humilité : « Je suis le premier à faire ce métier ! J’ai encore beaucoup à apprendre. »…

A partir du 3 avril, le pilote suivra une année de formation à Cologne, en Allemagne. Au programme : stages de survie, découverte, explication et prise en main des technologies utilisées par les astronomes. Et ce n’est que le début. Une fois affectée à une mission à l’intérieur de l’ISS (station spatiale internationale), Sophie Adenot devra s’entraîner pendant deux ans, de différentes manières et dans différentes situations. Par exemple, les astronautes simulent ce qu’ils peuvent faire à l’extérieur du véhicule – c’est-à-dire des opérations à l’extérieur de l’ISS – comme un plongeur dans une piscine.

« J’irai là où on me demande d’aller »

Sans oublier les voyages en Floride pour s’informer sur le vaisseau SpaceX dans lequel Thomas Pesquet et ses collègues américains et européens viennent de se rendre. Là encore, prudemment, il rappelle que le départ n’aura pas lieu avant 2026. Beaucoup de choses sont inconnues sur son parcours. « Aujourd’hui, personne ne peut dire avec quel produit nous allons voyager… » Il ne sait même pas où il va voler. « J’irai là où on me dit d’aller ! » Dans l’optique de l’ESA : La lune et la planète Mars.

Agissant et répondant aux ordres, « la » lieutenant-colonel Sophie Adenot (préfère ne pas prendre de prénom féminin) sait agir. Il a passé 17 ans dans l’Air and Space Force à piloter des hélicoptères. De ces années dans l’armée, il garde patience et maîtrise de soi. « C’est un endroit plein de gens intéressants et intéressants. »

D’hélices et d’eau fraîche

Son truc : les hélicoptères. Une passion qu’il a trouvée lors de son premier emploi chez Airbus Helicopters, à Marignane, en Provence. En tant qu’ingénieur, il conçoit des cockpits, notamment ceux du modèle H225. « J’en suis tombé amoureux! » il rit encore aujourd’hui. Après l’avoir beaucoup vu, il veut s’y habituer. En 2005, seule l’Armée de l’Air en était équipée. Il a donc postulé, a été accepté et formé comme pilote.

De 2019 à 2022, Sophie Adenot a travaillé comme pilote d’essai au sein de la DGA Essais en Vol, au sein de l’Armée de l’Air et de l’Espace.DR

Apprendre, la génération bourguignonne adore ça. Regardez juste son CV. Sophie Adenot est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Isae-Supaero) de Toulouse. Pendant ses études, il s’est spécialisé dans l’aviation et l’aviation. À 22 ans, il obtient une maîtrise au prestigieux MIT de Boston où il travaille au développement de centrifugeuses pour les centres de recherche.

Infidélités répétées au H225

En 2019, elle devient la première femme à tester un pilote d’hélicoptère, au Centre d’Essais en Vol de la Base Aérienne de Cazaux en Gironde. Aujourd’hui, Sophie Adenot cumule 3 000 heures de vol sur 22 types d’hélicoptères. Et au passage, il parle quatre autres langues en plus du français : anglais, allemand, espagnol et russe.

« Je n’ai jamais cessé d’apprendre », déclare cet excellent élève. Sa passion pour les études et la qualité de son travail, ainsi que son caractère agréable étaient les valeurs de l’ESA. L’histoire est que tout va bien, enfermés ensemble dans une capsule à des milliers de kilomètres de la Terre. Là, bien sûr, il retrouvera ses camarades de classe : deux médecins, un astronome, deux ingénieurs (spécialisés dans le biomédical et l’aérospatial). « Cette différence est un vrai cadeau ! »

Le nom du premier pilote a transformé l’astronaute en quelque chose de plus intéressant que « la première femme ou la deuxième femme » à faire ceci ou cela. Elle ne se décrit pas comme une « féministe ». Pourquoi ? « Mes métiers, pilote et maintenant astronaute, n’ont aucun sens pour moi. Dans ces domaines, dit-elle, les femmes sont traitées comme des hommes – voire impossible.

« Pourquoi pas moi ? »

Il a conscience de ce qu’il a pour des pionnières qui ont « fait sauter des barrières » comme Jacqueline Auriol, pilote et recordman de vitesse ou Claudie Haigneré, première Française envoyée dans l’espace en 1996. Le « vrai déclic » de la jeune Sophie qui a alors quatorze ans ans, se demande : « Pourquoi pas moi ? »

Tout au long de sa scolarité, il a cherché des forums, des événements, des conférences dans la région. Lors de ces événements, il rencontre parfois ses idoles, qui deviennent ses amis. Leur conseil, désormais, il retient : « Fais le travail que tu aimes, et si tu deviens astronaute ce sera la cerise sur le gâteau. »

Des progrès palpables

Maintenant qu’elle peut le faire, elle veut être une femme qui se donne comme les autres. D’autant que la progression est nette : lors de la dernière promotion européenne de l’ESA, en 2009, son amie italienne Samantha Cristoforetti était la seule femme de sa promotion. Ils sont 2 sur 5 en 2022, et plus de la moitié si l’on compte réservés aux astronautes (8 sur 17).

Si Sophie Adenot ne se rassemble pas fortement pour parler de la cause des femmes, elle le fait en revanche avec l’égalité des chances. Elle est marraine depuis 2009, aux côtés de Thomas Pesquet, du projet « OSE l’Isae-Supaero », qui vise à favoriser et faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des collégiens et lycéens des zones privilégiées et des zones rurales reculées. Un jour, un jeune homme vint lui dire qu’il croyait être devenu ingénieur. La clameur de ce souvenir fait craquer l’armure de ce scientifique qui ne semble pas vouloir trop en dire.

Qui l’a poussé à réussir ? Ses parents. Que font-ils? On n’en saura pas plus que ce qu’en dit Wikipédia : le père du scientifique et la mère du pharmacien ont eu quatre enfants, dont deux, lui et son frère Richard, ont distingué le Jeune Président et la French American Foundation. Et lui? À mi-parcours, elle révèle qu’elle est une mère. L’astronaute protège sa vie privée de ce tourbillon d’actualités « inquiétantes ».

Prof de yoga à ses heures perdues

vient-il d’échouer ? « Je n’aime pas ce mot. Il choisit « des événements qui ne se sont pas déroulés comme on l’imaginait » ou des « opportunités d’apprentissage », répond-il en fidèle héritier de la tradition américaine placée sur les bancs universitaires. Il finit par nous donner deux exemples : à la fin de sa prépa, il échoue au concours de Polytechnique, et en 2009 il échoue à la troisième partie de la sélection de l’ESA. Mais rien n’est perdu. « Ça m’a fait voir comment se passait vraiment le processus de recrutement. »

Encore quelques années à consacrer à sa carrière sportive. Quand elle ne grimpe pas ou ne descend pas les pentes en VTT ou à ski, elle fait de la plongée sous-marine ou du yoga. Aficionado depuis dix ans, Sophie Adenot a souhaité « changer de style » en devenant enseignante il y a deux ans. « Un cours par mois, surtout pour les amis », explique-t-il. De quoi détendre tous ses futurs employés.

Repères

Formation : Lycée de la Légion d’honneur (93), prépa scientifique, Isae-Supaero, MIT (Boston, États-Unis)

Lieu de travail : Cologne, Allemagne

Distinction : Ordre National du Mérite et Médaille de l’Assemblée Nationale (2022)

Quelle bac pour astronaute ?

Être diplômé d’un master en sciences (physique, sciences de la Terre, biologie, médecine, mathématiques, informatique) ou en ingénierie.

Quelle est l’école pour devenir astronaute ? Premier constat : en Europe, il n’y a pas d’université ni d’école d’aéronautique. C’est l’Agence Spatiale Européenne basée à Cologne en Allemagne qui, après vous avoir sélectionné parmi les meilleurs candidats, assure la formation et vous prépare à la mission qui vous est confiée.

Quel bac à Thomas Pesquet ?

Il est l’astronaute français le plus célèbre au monde. Fils d’une mère enseignante et d’un père professeur de mathématiques et de physique, Thomas Pesquet s’est toujours intéressé à la physique. En 1996, il obtient un baccalauréat scientifique et poursuit ses études en classes préparatoires.

Quels sont les tests pour devenir astronaute ?

Pour devenir astronaute, vous devez également passer des tests psychotechniques, tels que ceux dispensés par le Centre national des tests psychotechniques. Les points de vente agréés sont disponibles dans toute la France. Il a plusieurs tests pour tester la logique et la mémoire visuelle.

Quel est le salaire de pesquet ?

En raison de son grade (A4, le plus haut grade d’un astronaute européen), Thomas Pesquet perçoit un salaire mensuel compris entre 8 886,75 € et 9 778,49 €.

Est-il difficile de devenir astronaute ?

Des concours difficiles et rares Pour devenir astronaute, vous devez réussir l’un des concours de recrutement difficiles organisés par les agences spatiales européenne (ESA) ou américaine (NASA). Les futures stars sont jugées sur leur expérience, mais pas seulement.

Est-ce difficile de devenir astronaute ?

Pour devenir astronaute, il faut avoir une motivation indomptable. Le processus de recrutement pour diverses organisations internationales est très difficile, le nombre de fonctionnaires sélectionnés est vraiment ridicule.

Quelles sont les conditions pour devenir astronaute ?

Des études/formations pour être astronaute ?

  • Les professionnels de l’aéronautique (pilote, pilote, mécanicien navigant) ont au moins 1 000 heures de vol.
  • Les docteurs en sciences se spécialisent dans le futur, comme la biologie, la biochimie, l’astronomie, l’astrophysique….

Quelles études pour travailler à la NASA ?

Les étudiants doivent être titulaires d’un master en sciences (mathématiques, physique, sciences de la terre, biologie, médecine, etc.) ou en ingénierie. Ils doivent avoir une expérience professionnelle d’au moins trois ans dans le domaine lié à leurs études.

Quelle Etude pour travailler dans le spatial ?

Formation pour acquérir une expertise : un CAP aéronautique option avionique ou le titre professionnel de câbleur aéronautique.

Qui peut travailler à la NASA ?

Nom de familleDébut de mandatDurée du mandat
Robert M. Lightfoot, Jr. (tient)20 janvier 2017458 jours
Jim Bridenstine (confirmé par le Sénat le 19 avril 2018)23 avril 20181003 jours
Steve Jurczyk (temps)20 janvier 2021103 jours
Bill Nelson3 mai 2021591 jours

Comment devenir astronaute de la NASA ?

Pour devenir astronaute, vous devez être titulaire d’une maîtrise dans n’importe quel domaine scientifique (physique, biologie, médecine, etc.) ou d’un diplôme d’ingénieur. Parler un bon anglais est important, surtout pour communiquer avec des astronautes d’autres pays.

Quel est le salaire d’un astronaute ? A l’Agence spatiale européenne, un astronaute se situe entre les grades A2 et A4. Au tout début de sa carrière (grade A2), un astronaute perçoit ainsi un salaire mensuel compris entre 6 197,55 ⬠(pour un célibataire) et 6 927,94 ⬠(si marié avec enfants).

Quel est le salaire d’un astronaute à la NASA ?

Les salaires des astronautes de la NASA peuvent varier de 234 624 $ à 254 023 $. Cette estimation est basée sur 1 rapport sur le salaire d’un astronaute de la NASA fourni par le personnel ou sur des estimations basées sur les numéros de piste.

Quel diplôme pour travailler à la Nasa ?

Être diplômé d’un master en sciences (physique, sciences de la Terre, biologie, médecine, mathématiques, informatique) ou en ingénierie. Avoir 3 ans d’expérience professionnelle et parler anglais.

Quel est le salaire moyen d’un pilote de ligne ?

Le salaire varie selon l’entreprise. De 2 000 ⬠à 3 000 ⬠net. Après 10 ans, 5 000 ⬠dans de grandes entreprises. 10 000 ⬠pour le chef.

Quelles études pour travailler à la NASA ?

Les candidats doivent être titulaires d’un master en sciences (mathématiques, physique, sciences de la terre, biologie, médecine, etc.) ou en ingénierie. Ils doivent avoir une expérience professionnelle d’au moins trois ans dans le domaine lié à leurs études.

Quelle Etude pour travailler dans le spatial ?

Formation pour acquérir une expertise : un CAP aéronautique option avionique ou le titre professionnel de câbleur aéronautique.

Quels sont les métiers à la NASA ?

Tâches connexes

  • Chercheur / Chercheur.
  • Géotechnicien / Géotechnicien.
  • Ingénieur / Ingénieur météorologique.
  • Océanographe.
  • Spécialiste de la montagne.
  • Physique / Physique.
  • Statisticien / Statisticien.

Quelles sont les conditions pour devenir astronaute ?

Des études/formations pour être astronaute ?

  • Les professionnels de l’aéronautique (pilote, pilote, mécanicien navigant) ont au moins 1 000 heures de vol.
  • Les docteurs en sciences se spécialisent dans le futur, comme la biologie, la biochimie, l’astronomie, l’astrophysique….

Qui peut être astronaute ?

Être un homme ou une femme âgé de 27 à 50 ans, citoyen d’un État membre de l’ESA. Être diplômé d’un master en sciences (physique, sciences de la Terre, biologie, médecine, mathématiques, informatique) ou en ingénierie. Avoir 3 ans d’expérience professionnelle et parler anglais.

Puis-je devenir astronaute ?

Être titulaire d’un master (minimum) En effet, l’ESA exige un Master (ou supérieur) en Ingénierie, Médecine, Sciences naturelles (Sciences physiques, Sciences de la Terre, Sciences de l’atmosphère, Sciences de la mer, Biologie), Mathématiques ou Informatique.

Quel est le salaire d’un astronaute de la NASA ?

Donc certains d’entre eux qui travaillent à la NASA sont aussi payés selon la grille qui s’applique aux employés fédéraux. En effet, leur salaire oscille entre 655$ et 155$ par an, soit entre 5 099 euros et 11 160 euros par mois. Les fonds sont utilisés uniquement pour les astronautes.

Comment sont payés les astronautes ? Si vous avez le grade A2 et n’avez pas de personnes à charge, vous recevrez jusqu’à 6197,55 euros de revenu mensuel. Si vous êtes marié et que vous êtes père, vous recevrez environ 6927,94 euros.

Quel est le salaire par mois d’un astronaute ?

Pour cela, il faut maîtriser tous les aspects du métier et être capable de faire le travail de l’espace. Lorsque ce grade est atteint, le salaire mensuel varie entre 8 886,75 et 9 778,49 euros.

Quel est le salaire d’un astronaute à la Nasa ?

Les salaires des astronautes de la NASA peuvent varier de 234 624 $ à 254 023 $. Cette estimation est basée sur 1 rapport sur le salaire d’un astronaute de la NASA fourni par le personnel ou sur des estimations basées sur les numéros de piste.

Quel est le salaire moyen d’un pilote de ligne ?

Le salaire varie selon l’entreprise. De 2 000 ⬠à 3 000 ⬠net. Après 10 ans, 5 000 ⬠dans de grandes entreprises. 10 000 ⬠pour le chef.

Quel est le salaire moyen d’un pilote de ligne ?

Le salaire varie selon l’entreprise. De 2 000 ⬠à 3 000 ⬠net. Après 10 ans, 5 000 ⬠dans de grandes entreprises. 10 000 ⬠pour le chef.

Quel est le salaire d’un pilote de ligne débutant ?

Le salaire des pilotes Le salaire lors de l’embauche d’un pilote qui vient de débuter est estimé à 4 000 euros bruts par mois s’il est embauché avec succès par une compagnie nationale.

Quel est le salaire d’un pilote de ligne chez Air France ?

Salaires des pilotes d’Air France : 99 gagnent plus de 300 000 dollars par an.

Quel diplôme pour travailler à la NASA ?

Être diplômé d’un master en sciences (physique, sciences de la Terre, biologie, médecine, mathématiques, informatique) ou en ingénierie. Avoir 3 ans d’expérience professionnelle et maîtriser l’anglais.

Comment être embauché à la NASA ?

Pour rejoindre la NASA, vous aurez besoin d’au moins un baccalauréat en ingénierie, biologie, sciences physiques ou mathématiques. A ce titre, une expérience professionnelle de trois ans est exigée. Les futurs pilotes doivent avoir enregistré plus de 1 000 heures de vol.

Qui peut travailler à la NASA ?

Nom de familleDébut de mandatDurée du mandat
Robert M. Lightfoot, Jr. (tient)20 janvier 2017458 jours
Jim Bridenstine (confirmé par le Sénat le 19 avril 2018)23 avril 20181003 jours
Steve Jurczyk (temps)20 janvier 2021103 jours
Bill Nelson3 mai 2021591 jours

Quelle est la différence entre un astronaute et un astronaute ?

Ainsi, un astronaute nomme un pilote de navette spatiale américain tandis qu’un astronaute nomme des membres d’équipage de véhicules spatiaux russes. A noter qu’on parle aussi en France de « spationaute », mais de « Taïkonaute » en Chine et même de « Vyomanaute » en Inde.

Pourquoi astronaute ou cosmonaute ? Un astronaute est membre de l’équipe spatiale. Les mots cosmonaute, taïkonaute ou spationaute sont souvent utilisés pour désigner les astronomes soviétiques, puis russes, chinois ou français. Les astronautes sont d’abord sélectionnés parmi les pilotes militaires.

Comment Appelle-t-on un homme dans l’espace ?

Le cosmonaute désigne ainsi les membres de l’équipage du véhicule spatial russe, et le terme est utilisé pour les membres de l’Agence spatiale fédérale russe (Roskosmos). Ce mot, traduit du russe « ÐºÐ¾ÑмонавѠ», ou kosmonavt, vient du grec, de kosmos (monde) et nautes (navigateur).

Comment on appelle les gens qui vont dans l’espace ?

Astronomes et cosmonautes Les membres de l’équipage du véhicule spatial russe, comme Youri Gagarine, sont appelés « cosmonautes », un mot apparu en 1961, pour son premier vol spatial. En réponse, les Américains ont choisi le mot espace, de la même année.

Comment Appelle-t-on un homme qui va dans l’espace ?

GLOSSAIRE – D’astronaute à cosmonaute, en passant par spacenaute, il n’existe aujourd’hui pas moins de cinq noms pour désigner une personne qui voyage dans l’espace.

Quelle est la définition du mot astronaute ?

Un pilote ou pilote d’un vaisseau spatial. (Il est devenu habituel de réserver ce mot à une personne voyageant sur un navire américain.) [cosmonaute, astronaute, taïkonaute.]

Quel est le rôle d’un astronaute ?

Un astronaute est un astronaute et un scientifique. Dans le domaine spatial, il réalise des missions scientifiques et techniques. Sur Terre, il passe le plus clair de son temps à s’entraîner et à s’occuper de la finale.

Quelle est l’origine du mot astronaute ?

Étymologie. (Date à confirmer) Formé du suffixe grec á¼ÏÏÏον (« étoile ») et du suffixe grec ancien -naut ναÏÏÎ Ï (« Le navigateur ») et par exemple du mot aéronaute.

Est-ce que les astronautes portent des couches ?

En fait, porter une « couche » n’est pas nouveau pour les astrologues, qui en sont toujours équipés, surtout lorsqu’ils sont en service extérieur.

Comment les astronautes vont-ils aux toilettes ? A bord de l’ISS, des astronautes se retrouvent coincés dans un tuyau. Leur urine tombe ensuite dans une piscine spéciale appelée Urine Processor Assembly. Lorsqu’elle entre, elle est « nettoyée » et transformée… en eau potable !

Où vont les excréments dans l’espace ?

Actuellement, à l’intérieur de la station spatiale par exemple, les déchets des astronautes sont renvoyés sur Terre via de petits conteneurs qui se désintègrent en entrant dans l’atmosphère. Une solution improbable pour le long voyage vers Mars.

Où vont les déchets de la Station spatiale ?

Benne larguée de l’ISS. Souvent, les conteneurs de déchets du Port (déchets alimentaires tels que les emballages, les vêtements sales, le matériel usagé, etc.) sont éliminés dans des cargos tels que les cargos Cygnus ou Progress, par combustion dans la rentrée de l’air destructeur.

Comment les astronautes vont aux toilettes ?

Lorsque les astronautes sont prêts (lire : en règle), les astronautes activent le système d’aspiration pour retirer leurs déchets.

Pourquoi pas de carie pour les astronautes ?

Les caries peuvent causer des maux de dents. Vous devriez aller chez le dentiste régulièrement pour vous assurer que cela ne se produise pas. Tout le monde devrait garder ses dents propres et saines, même les astronautes !

Comment les astronautes se lavent les cheveux ?

L’astronaute, qui a rejoint la station en mai dernier, explique qu’il utilise une poche à eau chaude, un tube de shampoing « sans rinçage », une serviette et un peigne.

Pourquoi les astronautes portent des couches ?

Même s’ils ne le sont pas souvent, ils en sont équipés, afin qu’ils puissent se libérer lors de l’inspection qui peut prendre plusieurs heures, explique la Nasa. La différence, c’est que cette fois, elles n’auront pas le choix, d’aller aux toilettes, plutôt que de se fier à leurs sous-vêtements absorbants.

Comment les astronautes dorment ?

Les astronautes peuvent attacher leur sac de couchage au mur ou au plafond et dormir n’importe où, tant qu’ils ne flottent pas et ne heurtent rien. Sur la Station spatiale internationale (ISS), tous les membres d’équipage dorment généralement dans leur propre petite cabine.

Pourquoi les astronautes Ont-ils besoin de moins d’heures de sommeil dans l’espace ?

Certains experts pensent que c’est parce que le corps se fatigue vite en apesanteur : les muscles n’ont pas à travailler autant que sur Terre. Cependant, le bruit de fonctionnement de l’ISS peut perturber le sommeil des astronautes.

Pourquoi les astronautes portent des couches ?

Même s’ils ne le sont pas souvent, ils en sont équipés, afin qu’ils puissent se libérer lors de l’inspection qui peut prendre plusieurs heures, explique la Nasa. La différence, c’est que cette fois, elles n’auront pas le choix, d’aller aux toilettes, plutôt que de se fier à leurs sous-vêtements absorbants.

Laisser un commentaire