Les biologistes promettent le « mois noir de janvier », sans accord sur l’Assurance maladie

En signe de protestation, l’Alliance pour la Biologie Médicale a décidé de suspendre la transmission des données de biologie sur la plateforme My Health Space. [JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP]

Publié dans

15/12/2022 à 17h51

🇧🇷

actualisé

15/12/2022 à 17h55

Incapables de trouver un accord avec la Complémentaire Santé, les professionnels de la biologie médicale ont annoncé une grande mobilisation en janvier.

Janvier sera « sombre » pour les biologistes libéraux en France. Refusant les 250 millions d’euros par an inclus dans le budget de la Sécurité sociale, ils ont déjà organisé deux grèves en moins d’un mois. Les négociations avec la Complémentaire Santé n’ayant pas abouti depuis, ces professionnels ont promis, ce jeudi 15 décembre, une « mobilisation nationale d’envergure » en janvier.

Dans un communiqué, le porte-parole de l’Alliance de biologie médicale, Alain Le Meur, a précisé que les laboratoires d’analyses resteront ouverts pendant les vacances « pour ne pas pénaliser les Français ». Il estime que le secteur n’a cependant d’autre choix que de « durcir le mouvement » face à la « position inflexible des autorités ».

Plan de 250 millions d’euros en biologie actuelle :

« La double peine c’est non, le gouvernement doit reprendre ses esprits ! « Nous voulons garder notre réseau local, mais il faut en avoir les moyens. SDB s’est engagé avec l’Alliance de biologie médicale (ABM) pic.twitter.com/IIqCRA5TEV

10.000 emplois supprimés ?

— Syndicat des biologistes – SDBio (@SyndicatDBio) 15 octobre 2022

L’Alliance de la biologie médicale, qui regroupe les quatre syndicats et les principaux groupes privés du secteur, a déjà décidé de suspendre, à compter du 15 décembre et « jusqu’à nouvel ordre », la transmission des données de biologie sur la plateforme My Health Space. Ce, avant la mobilisation de janvier qui constituera « une démonstration concrète d’un système de santé incluant la biologie au rabais ».

Le gouvernement a souligné à plusieurs reprises les marges confortables des laboratoires, qui ont affiché des bénéfices records pendant la pandémie grâce aux tests Covid. L’exécutif estime que cela justifie un « effort » des biologistes et a donc inscrit au budget de la Sécurité sociale une évasion de 250 millions d’euros par an.

Si un compromis semble en vue pour parvenir à un accord sur ce montant pour 2023, la négociation est bloquée pour la période 2024-2026. Dans son premier projet d’accord, l’Assurance maladie propose une enveloppe de 150 millions d’euros sur trois ans, pour rembourser des « actes innovants » actuellement réservés aux hôpitaux.

Laisser un commentaire