Mod’emplois, une plateforme de création d' »emplois utiles »

C’est une étape bienvenue dans le monde de l’économie sociale et solidaire, envisagée par Christophe Itier, ancien haut-commissaire en charge de ce secteur, entre 2017 et 2020. Et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’économie sociale et solidaire. , présente, lundi 14 novembre, Mod’emplois, une plateforme visant à inciter les futurs entrepreneurs à chercher du sens, à démarrer au plus profond de la création d’entreprise avec un effet positif.

« Alors que 47% des jeunes de 18 à 30 ans souhaitent créer leur propre entreprise, 65% d’entre eux peuvent contribuer à changer le monde, selon une enquête de France Active et OpinionWay, qui permettra au plus grand nombre de quitter leur passion à leur performance.! », rappelle-t-on au cabinet de Marlène Schiappa.

Comment? En ramenant le jeu (et les pièges) du déjà réussi. Une cinquantaine de témoignages issus de cultures très variées ont déjà été recueillis et 300 autres devraient s’y ajouter d’ici la fin de l’année. Ainsi, par exemple, Virginie Hills, qui a créé Comptoir de campagne, un concept de commerce multiservices, né d’abord à Champdieu dans la Loire et qui ne cesse de se répandre.

Aider les entrepreneurs à passer à l’action

« Mod’emplois fonctionne comme un tutoriel. Il y a une courte présentation, suivie d’une série d’autres vidéos qui retracent les étapes de base du travail du business designer, avec à chaque fois un contenu éditorial qui permet à l’utilisateur d’avoir des informations claires et précises », explique Christophe Itier.

Parmi les sujets évoqués, il y a, par exemple, de l’idée au projet, l’élaboration du business plan, le choix du statut juridique, le financement, les pièges à éviter ou les bonnes pratiques à suivre pour s’en souvenir.

La plateforme s’entoure d’acteurs culturels majeurs de l’économie sociale et solidaire, publics et privés, qui accompagnent les créateurs depuis de nombreuses années, comme France Active, Avise ou l’Adie. Tous ses partenaires sont prêts à répondre aux demandes des utilisateurs de Mod’emplois.

« L’implantation d’une entreprise dite « classique » est déjà un processus en soi qui peut être difficile. Nous sommes ici dans un écosystème avec des entreprises qui doivent allier stabilité économique avec un nouvel impact sur la société, alors que les financements et l’accompagnement dans ce secteur sont un peu faible », souligne Christophe Itier.

Massifier la création « d’entreprises utiles »

En ce sens, il ne fait aucun doute que Mod’emploi s’adresse davantage aux porteurs de projets habitant les zones rurales et les villes moyennes qu’aux concepteurs de systèmes urbains et traditionnels. « On veut redonner confiance aux gens qui se mettent dans des normes culturelles ou sociales en se disant que créer une bonne entreprise ce n’est pas pour eux. Beaucoup de gens veulent participer mais ils n’osent pas, souligne le commissaire ancien responsable du social économie et unité. Avec cette plateforme, nous voulons fédérer ce secteur en mettant en œuvre le plan final du proverbe. »

Grâce à ses nombreux soutiens, Mod’emploi a de nombreuses ambitions. Dès l’année prochaine, la plateforme vise à fournir aux élus et aux acteurs locaux des « paquets de solutions », déjà éprouvés et reproductibles.

Laisser un commentaire