Nouvelles aventures de Marie Marcat : « dans le nouveau jardin, j’en suis encore au stade de la réflexion »

Depuis 34 ans Marie Marcat cultive son jardin avec le label Remarquable à Neuilly-en-Sancerre. Ici, elle fournit des conseils et des secrets semaine par semaine pour obtenir un jardin prospère.

Comme tous les créatifs, qu’ils soient artistes, bâtisseurs ou simples jardiniers, l’œuvre prend forme dans l’esprit. On rêve de son jardin, on le tisse avec des souvenirs d’enfance, on le tricote avec nos plantes préférées, on le peint aux couleurs de nos humeurs. Cet art demande de l’imagination, de l’énergie, de la patience et de la ténacité sans oublier une forme physique irréprochable. Le jardinier, contrairement au peintre, travaille sur le foie et sur la longueur. Son espoir réside dans ce semis délicat qui deviendra l’arbuste ou l’arbre de ses rêves. L’équilibre est fragile, le jardinier averti le sait bien.

Découvertes

Mais il reste excité. Le souvenir de son enfance ne lui suffit plus, il veut retrouver les découvertes de ses voyages dans son jardin et, abonné à des magazines alléchants, il meurt toujours d’envie de voir ce qui pousse ailleurs. La folie jardinière ne se guérit pas, seules les années qui ajoutent doucement une douleur à l’autre, rendent le jardinier plus raisonnable.

Pour ma part, j’ai plusieurs exploits à mon actif : la création de deux jardins secs dans le Berry m’a valu les critiques de certains, tandis que d’autres pensaient et chuchotaient que j’avais la folie des grandeurs. Mais je suppose ! J’ai planté et semé mes rêves de jeunesse, mon enfance méridionale, mes envies de voyages et si durant ces années j’ai contaminé certaines personnes avec mon virus du jardinage, c’est ma récompense !

Les conseils de jardinage de Marie Marcat : les plantes à racines bleues ou racines bleues

Dans le nouveau jardin je suis encore en phase de réflexion et je dors chaque nuit avec un nouveau plan, une idée géniale que je remets en question tôt le matin. C’est toujours mieux de le laisser mûrir… En ce moment je me consacre à planter quelques arbres. Il s’agit avant tout de structurer l’espace par plus de vie et de biodiversité. Dans ma réflexion, je me dirige timidement vers l’esprit jardin-forêt ou forêt nourricière : un jardin comestible, avec un environnement productif, fonctionnel et une beauté naturelle qui imite la structure et la diversité d’une forêt spontanée. Sous ces multiples appellations se cache un seul et même écosystème cultivé. La combinaison des principes de la permaculture et de l’agroforesterie peut transformer n’importe quel terrain, quelle que soit sa taille, en un jardin comestible luxuriant, esthétique et durable.

Recevez notre newsletter loisirs par mail et trouvez des idées d’excursions et d’activités dans votre région.

Il a sept couches de végétation : de grands arbres vivaces qui agissent comme une canopée ; les arbres fruitiers, qui sont la partie inférieure de l’arbre ; la strate arbustive, constituée de plantes fruitières comme les noisettes et les baies ; la strate herbacée, qui comprend les légumes et les herbes vivaces; la catégorie des couvre-sols organisés avec des plantes comestibles qui poussent horizontalement comme les fraises, la menthe, etc. la rhizosphère, qui contient des plantes cultivées pour leurs racines et tubercules, comme les topinambours ou les poireaux vivaces ; la strate verticale, qui désigne les plantes grimpantes comme la vigne.

Jardin comestible

Parfois, il y a un plan d’eau qui enrichit encore la complexité du système. Mon nouveau jardin ne contiendra certainement pas les sept couches, mais je vais essayer de me rapprocher le plus possible de l’esprit jardin comestible et luxueux. Le jardin potager est une pratique ancrée dans les techniques agricoles des zones tropicales et semi-tropicales depuis des milliers d’années. Les habitants cultivent des arbres, des cultures vivrières et élèvent du bétail sur la même parcelle. Une belle aventure pour un jardinier curieux de nouvelles expériences !

Le Jardin de Marie est actuellement fermé.

Laisser un commentaire