Première communauté professionnelle territoriale de santé en Saône-et-Loire

Le 18 octobre 2022, la Caisse d’Assurance Maladie de Saône-et-Loire et l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne Franche Comté ont signé avec la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) du Centre de Saône-et-Loire, le premier département. accord interprofessionnel (ACI).

L’objectif : favoriser l’accès aux soins des 94 200 habitants des 34 communes qui composent la Communauté Urbaine du Creusot Montceau-les-Mines (CUCM) et faciliter la formation coordonnée des professionnels de santé de ce territoire, dans les services de santé des populations .

La CPTS : un collectif de professionnels de santé au service des patients

La CPTS (Communauté Professionnelle Territoriale de Santé) est une organisation conçue autour d’un projet de santé et mise en place à l’initiative de professionnels de santé, sur un territoire.

Constituée de professionnels de santé, d’établissements de santé et d’acteurs médico-sociaux et sociaux, elle a pour mission d’apporter des réponses aux besoins et problèmes de santé spécifiques de la population qu’elle couvre. C’est une organisation de coordination souple, aux mains des professionnels de santé eux-mêmes.

Le CPTS complète la prise en charge des patients par des acteurs de santé qui se sont coordonnés au niveau du patient, pour proposer une réponse de proximité. C’est le cas lorsque des professionnels de santé travaillent ensemble dans un même local (ex. centre de santé), ou que des équipes de soins primaires ou spécialisés ou d’autres formes d’organisations multidisciplinaires se rejoignent.

En Saône-et-Loire, le 1er CPTS a été officiellement lancé ce mardi 18 octobre, à Montceau-les-Mines, par le docteur Mohamed SI ABDALLAH, directeur général par intérim de l’ARS Bourgogne Franche Comté, le docteur Charles-Henri MORIN DE FINFE, président . du CPTS Centre Saône-et-Loire et Patricia COURTIAL, Directrice de la Caisse d’Assurance Maladie de Saône-et-Loire.

La signature de cette première convention interprofessionnelle conventionnelle avec la CPAM de Saône-et-Loire et l’ARS Bourgogne Franche Comté permet au Centre CPTS Saône-et-Loire de mener à bien son projet santé. Dans ce cadre, elle bénéficie d’un soutien particulier des Services Médicaux, de l’Assurance Maladie et de la maîtrise d’ouvrage ARS, ainsi que des financements de ces deux partenaires pour structurer et diffuser ses actions.

94 200 habitants couverts par la CPTS Centre Saône-et-Loire

Le pôle CPTS de Saône-et-Loire, créé en avril 2021, couvre le territoire de 34 communes rattachées à la Communauté Urbaine de Creusot-Montceau-les-Mines (CUCM) regroupant 94 159 habitants (source : Rezone Cnam 2020).

CPTS Centre Saône-et-Loire : un projet de santé pour l’accès aux soins de tous, autour de 3 axes 

Améliorer l’accès aux soins pour toutes les populations, de manière continue sur l’ensemble du territoire

Dans un contexte où la démographie médicale est faible et les besoins de la population, la coordination de tous les acteurs présents sur le territoire est nécessaire pour mieux utiliser les ressources pour maintenir et optimiser la permanence des soins.

Il s’agit également de faciliter l’accès à un médecin traitant pour les patients des territoires qui n’en disposent pas : 13 % des 17 ans et plus et 7,8 % des 70 ans de la région CPTS sont sans médecin. En particulier, ce dernier est appelé à appeler les services d’urgence pour un traitement qui relève généralement de la médecine de ville.

Enfin, il s’agit de gérer la réponse à la demande de soins non programmés dans un contexte où l’accès aux soins Station 1 et 2 est compliqué, avec des délais souvent longs et un manque de spécialistes.

Améliorer la relation et la coordination Ville-Hôpital

Cet axe vise à agir pour améliorer la communication et les lignes de patients entre l’ambulatoire, l’hôpital et le secteur de la médecine de la ville. L’objectif est de fluidifier et de sécuriser le parcours de soins entre la ville et l’hôpital, en amont et en aval de l’hôpital et lors des passages aux urgences.

Concrètement, il s’agit de gérer le parcours afin de renforcer la coordination entre les différents professionnels de santé qui interviennent auprès du patient, par exemple, une meilleure anticipation de la sortie de l’hôpital : programmation d’hospitalisations programmables, amélioration de la prise en charge des patients à domicile lorsqu’ils sont déchargés. , gérer et « protocoliser » les admissions et sorties hospitalières pour les soins programmés, mettre en place des règles simples de communication entre les établissements de santé et les professionnels de santé de ville, au bénéfice du patient…

Développer les actions de prévention

Le CPTS vise également à développer des mesures de prévention visant deux cibles prioritaires : les jeunes et les personnes âgées.

Le CPTS veut surtout agir dans la prévention des chutes chez les personnes âgées à domicile, particulièrement nombreuses en zone couverte, notamment les femmes seules de plus de 60 ans qui représentent une population fragile. Elle veut également sensibiliser les professionnels de santé au problème de la malnutrition chez ces mêmes personnes, en impliquant les partenaires et les associations locales concernées.

En direction des jeunes, le CPTS envisage par exemple d’organiser des actions visant l’éducation de la petite enfance pour favoriser la prévention des troubles du langage et de l’oralité, des troubles sensoriels, etc. Ils souhaitent également, en lien avec le partenariat avec les acteurs de terrain, définir la prise de conscience. – agir auprès des collégiens et lycéens sur les IST et les pratiques à risques, envisager des mesures préventives sur des sujets tels que l’hygiène bucco-dentaire, l’activité physique, le sommeil, les écrans, la nutrition, la vaccination…

Pour en savoir plus, téléchargez le dossier de presse en bas de page.

Comment créer une esp ?

Comment créer un ESP ?

  • se réunir autour d’un projet de santé commun pour l’équipe,
  • Améliorer le parcours de soins et de santé de ces patients professionnels grâce à une meilleure coordination.

.

Comment participer à une CPTS ?

La majorité des CPTS prend la forme juridique de l’Association 1901, les acteurs souhaitant adhérer à une Communauté Territoriale de Professionnels de Santé doivent simplement en faire la demande et remplir le formulaire d’adhésion (sauf dispositions particulières prévues par les statuts).

Comment fonctionne le CPTS ? Le CPTS est une organisation conçue autour de projets de santé et mise en place à l’initiative de professionnels de santé dans des domaines déterminés par les professionnels eux-mêmes. Il est composé principalement de professionnels de santé, d’établissements de santé et d’acteurs médico-sociaux et sociaux.

Pourquoi faire partie d’une CPTS ?

L’enjeu de la création des CPTS L’objectif est de faire gagner du temps aux médecins et d’améliorer leurs conditions de travail. Ils permettent de mieux structurer et d’accélérer la prise en charge des patients sur l’ensemble du périmètre de chaque CPTS.

Pourquoi rejoindre une CPTS ?

Gagner du temps de travail et améliorer les conditions de travail. Participer à la politique nationale de réorganisation territoriale du système de santé basée sur des formations coordonnées. Pour une meilleure structuration et une accélération de la prise en charge des patients dans toute la région.

Qui peut faire partie d’une CPTS ?

Qui peut faire partie du CPTS ? Le CPTS est par nature multiprofessionnel et multiacteur : Créé à l’initiative d’experts de santé de ville (en référence au code de la santé publique), structuré en équipes de soins primaires (ESP) ou isolé.

Qui peut intégrer une CPTS ?

Qui peut rejoindre le CPTS ? L’initiative de créer un CPTS doit venir des professionnels de santé urbains qui ont pour objectif de coopérer sur un territoire donné en assurant une meilleure coordination des actions et en organisant des parcours de santé.

Pourquoi rejoindre une CPTS ?

Gagner du temps de travail et améliorer les conditions de travail. Participer à la politique nationale de réorganisation territoriale du système de santé basée sur des formations coordonnées. Pour une meilleure structuration et une accélération de la prise en charge des patients dans toute la région.

Qui peut adherer à une CPTS ?

Professions d’assistants médicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, podologues-podologues, microbiologistes et psychomotriciens, orthophonistes et orthoptistes, techniciens en électroradiologie médicale et techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes et orthoptistes.

Pourquoi creer une CPTS ?

La Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) répond à 2 objectifs : améliorer l’organisation des soins urbains pour surmonter les défis de la mutation ambulatoire (croissance des maladies chroniques, tension démographique pour différentes catégories de professionnels de santé) et développer la formation…

Qui peut rejoindre le CPTS ? Professions d’assistants médicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, podologues-podologues, microbiologistes et psychomotriciens, orthophonistes et orthoptistes, techniciens en électroradiologie médicale et techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes et orthoptistes.

Qui finance les CPTS ?

CPTS : financement et demande d’aide financière Lors de la création du CPTS mais aussi tout au long de son fonctionnement, le CPTS peut bénéficier de divers financements de l’Agence Régionale de Santé (ARS), de la CPAM et de la Collectivité.

Qui gère les CPTS ?

Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS) – Ministère de la Santé et de la Prévention.

Qu’est-ce qu’un GHT et qui en sont les acteurs ?

Le groupement hospitalier territorial (GHT) est un dispositif conventionnel, obligatoire depuis juillet 2016, entre établissements publics de santé d’une même région, où ils se coordonnent dans la stratégie de direction générale et passent.

Qui a créé les GHT ? Le Groupement Hospitalier Territorial a été créé par la loi n°. 2016-41 du 26 janvier 2016 relative à la modernisation de notre système de santé : « Chaque établissement public de santé, sauf dérogation en raison de sa spécificité dans l’offre de soins territoriale, est partie à l’accord collectif hospitalier. du …

Qu’est-ce qu’un établissement support ?

Mise en place de support et responsable de la politique, de la planification et de la stratégie d’achat ; le contrôle de gestion des achats pour tous les contrats et leurs avenants ; assurer la passation des marchés publics et leurs avenants.

Comment fonctionne les GHT ?

Les GHT gèrent la complémentarité des établissements de santé en tenant compte de la spécificité de chacun dans la construction de l’offre de soins. Ils permettent d’organiser une meilleure prise en charge, région par région, et de présenter des projets médicaux répondant aux besoins de la population.

C’est quoi la T2A ?

La tarification à l’activité (T2A) est un mode unique de financement des établissements de santé, tant publics que privés. Lancé en 2004 dans le cadre du plan « Hôpital 2007 », il repose sur une logique de mesure de la nature et du volume des activités et non plus sur l’ordonnancement des dépenses.

Quel est l’objectif d’un GHT ?

Cet objectif, à travers le développement d’un projet médical partagé, favorise l’émergence d’une filière de soins territorialisée et de gérer la gradation des offres de soins, dans une approche centrée sur le patient afin de garantir un égal accès à des soins sûrs et de qualité.

Qu’est-ce qu’un GHT et qui en sont les acteurs ?

Le GHT est construit par les établissements publics de santé, dans le cadre du plan adopté par l’ARS. Cela comprend un établissement de soutien* et des établissements de fête. Selon le code de la santé publique, chaque GHT est doté de six instances, qui définissent sa stratégie et contribuent à son fonctionnement.

Pourquoi la mise en place de GHT ?

Les GHT gèrent la complémentarité des établissements de santé en tenant compte de la spécificité de chacun dans la construction de l’offre de soins. Ils permettent d’organiser une meilleure prise en charge, région par région, et de présenter des projets médicaux répondant aux besoins de la population.

Qui dirige les GHT ?

Il est animé par le président du comité stratégique et le directeur de l’établissement d’appui et est composé de représentants de chaque organisation syndicale représentés au moins dans un comité technique d’un établissement faisant partie du groupement, représentatifs, en nombre fixé par Contrat…

Qui élabore le projet médical ?

Le président de la commission médicale du groupe en coordonne l’élaboration et la mise en œuvre en liaison avec le président du comité stratégique selon les modalités qu’il détermine. Les équipes médicales concernées par chaque filière mentionnée dans le projet médical partagé participent à l’élaboration de ce projet.

Comment fonctionne un GHT ?

Les GHT gèrent la complémentarité des établissements de santé en tenant compte de la spécificité de chacun dans la construction de l’offre de soins. Ils permettent d’organiser une meilleure prise en charge, région par région, et de présenter des projets médicaux répondant aux besoins de la population.

Qu’est-ce qu’un dispositif d’appui à la coordination ?

Le dispositif d’accompagnement coordonné accompagne principalement les professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux confrontés à des situations complexes liées à des personnes en difficultés multiples.

Qu’est-ce que la Plateforme d’Accompagnement Territorial ? La plateforme régionale d’accompagnement (PTA) a pour objectif d’organiser et de mettre en œuvre des fonctions d’accompagnement des professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux pour la prise en charge des patients aux parcours de soins complexes. , quel que soit l’âge, la pathologie ou le handicap.

Comment se nomme l’outil de coordination et de parcours de santé régional en Hauts de France ?

Le DAC est un outil soutenu par l’ARS pour cartographier des parcours de santé complexes et gérer les soins sur le territoire avec des professionnels réguliers.

Qu’est-ce que les dac ?

Le dispositif d’accompagnement coordonné (DAC) est un point d’entrée unique et gratuit pour les professionnels et les structures prenant en charge des personnes en situation de santé et de vie complexes pour favoriser le maintien à domicile.

Qui gère les DAC ?

Système d’appui à la coordination – DAC – Ministère de la Santé et de la Prévention.

Qu’est-ce qu’un DAC santé ?

Le dispositif d’accompagnement coordonné (DAC) est un point d’entrée unique et gratuit pour les professionnels et les structures prenant en charge des personnes en situation de santé et de vie complexes pour favoriser le maintien à domicile.

C’est quoi une Plate-forme territoriale d’appui ?

La plateforme territoriale d’accompagnement (PTA) a pour objet d’organiser et de réaliser des fonctions d’accompagnement des professionnels de santé, sociaux et médico-sociaux pour la prise en charge des patients aux parcours de santé complexes, quels que soient l’âge, la pathologie ou le handicap.

Qui finance le PTA ? La PTA est un dispositif d’accompagnement des professionnels de santé mis en place et financé par l’ARS pour la prise en charge des cas de patients en situation complexe, quel que soit leur âge ou leur pathologie.

Laisser un commentaire