Proposition commerciale : l’avis de trois acteurs de La Place Créative, e Corum à Montpellier

Organisée hier, cette rencontre était dédiée aux créateurs et repreneurs d’entreprise.

Retrouver tous les acteurs de la création ou de la reprise d’entreprise en un seul lieu, telle est la raison d’être de La Place Créative, ce rendez-vous annuel organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Hérault. Une journée résumée par trois de ses comédiens.

1. Le repreneur

A seulement quarante ans, Hugues Sautot entend faire une tournée professionnelle dans les trois prochaines années. Cet ancien cuisinier puis assistant de vie sociale. Nouveau à Montpellier depuis sept ans, il souhaite désormais reprendre un gîte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Chemin sur quelle partie il portait ses bottes de marche. Et où est finalement né son désir d’entreprendre. « Cette idée a commencé à germer il y a quelques années lorsque je travaillais dans des fermes en Nouvelle-Zélande », dit-il. Et ils sont venus, hier, « pour voir les acteurs et les outils qui nous aident dans cette reprise. Je vois qu’il y a beaucoup d’acteurs pour nous soutenir, surtout dans cette région ».

2. L’accompagnateur

Quelle entreprise, emploi mais aussi savoir-faire face à la retraite des chefs d’entreprise  retenir ? Pour répondre à cette question, en 2001, dans ce qui était encore le Languedoc-Roussillon, la fédération française du bâtiment a créé le service Transmiba. Une entité dédiée uniquement aux entreprises de construction. Et qui a déjà permis de finaliser 415 transmissions. « Il y avait un besoin pour un service qui connaisse ce secteur », explique Thomas Raphel. L’intégralité de son rôle de tutelle joue pour éviter les déboires ou les projets purement financiers voire spéculatifs, « pas très compatibles avec le métier de la construction qui est très humain aujourd’hui ».

3. La facilitatrice

Encourager la création d’entreprise et l’entrepreneuriat, BPI France en a fait son credo. Mais ici, la Banque publique d’investissement, société à emploi limité détenue par l’Etat et la Caisse, est l’instance d’accompagnement des acteurs du réseau de la création d’entreprise. Il s’agit de financements et d’événements « pour qu’ils puissent travailler ensemble au mieux », précise Florence Prestat. Mais pas seulement. « Nous intervenons indirectement avec des crédits via le réseau d’accompagnement, auquel nous déléguons la décision. Nous garantissons également le risque financier auprès des sociétés bancaires. Nous intervenons à hauteur de 50 % à 70 % ».

Laisser un commentaire