Retour à l’école : pensez à faire un bilan de santé pour votre tout-petit

Dans les jours qui précèdent ou qui suivent la rentrée, n’oubliez pas de programmer un bilan de santé pour les plus jeunes avant la reprise des cours. Cet examen, nécessaire notamment pour la vue et les dents, leur permet de poursuivre l’année scolaire en pleine forme. Voici les incontournables.

La préparation de la rentrée ne concerne pas seulement les fournitures scolaires et les vêtements, il faut aussi prévoir un examen de santé de l’enfant avant la reprise des cours. L’idéal serait de prévoir au moins quatre rendez-vous importants : calendrier de vaccination, examen visuel et dentaire et certificat médical des activités sportives de l’année. Pour rappel, les enfants d’âge scolaire ont trois grandes dates de vaccination : la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP) à l’âge de 6 ans, toujours cette même vaccination entre 11 et 13 ans et la vaccination contre le papillomavirus, qui est recommandée pour toutes les jeunes filles et garçons entre 11 et 14 ans. Pour les plus jeunes, nés après 2018, l’inscription à l’école est soumise à onze vaccinations obligatoires : contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTC), la coqueluche, l’hépatite B, l’infection invasive à Haemophilus influenzae type B, l’infection invasive à méningocoque à pneumocoque, les infections à méningocoque et la rougeole. , les oreillons et la rubéole (ROR). Notez qu’il n’est pas nécessaire de recommencer tout le programme de vaccination qui nécessite des injections répétées.

En plus de vérifier si les vaccinations de l’enfant sont à jour, cette visite de retour chez le médecin est aussi l’occasion de suivre l’évolution de son indice de masse corporelle (IMC), que l’on peut également suivre sur la courbe constatée de son état de santé. enregistrement. Le médecin s’assure également que l’enfant n’a pas de problèmes de vision, sachant que cela, très demandé par l’apprentissage de la lecture, conditionne cette étape, et donc la réussite scolaire. Il est particulièrement probable que les jeunes enfants ne prennent pas eux-mêmes conscience de l’inconfort oculaire. Les troubles (myopie, astigmatisme) sont souvent détectés au début de la première année. Ainsi, certains signes ne sont pas trompeurs : le voir plisser les yeux, cligner des yeux très régulièrement ou se plaindre souvent de maux de tête. Les dents, en revanche, sont susceptibles de changer avec l’âge et la croissance. Une visite chez le dentiste est donc nécessaire pour réduire le risque de carie, mais aussi pour contrôler le positionnement des dents (un traitement orthodontique peut être nécessaire). Ce contrôle permet également de vérifier si l’enfant se brosse bien les dents et de lui rappeler la bonne technique.

Un contrôle de la dentition facilité par le programme M’T dents

Cette visite est de plus en plus importante chaque année (au moins) car les dents traitées précocement évitent des traitements difficiles et coûteux, c’est pourquoi le programme national de prévention bucco-dentaire « M’T bosses » conçu par l’Assurance Maladie permet aux enfants et jeunes de 3 à 24 ans pour bénéficier d’un examen oral et d’un traitement tous les 3 ans. Ce programme répond à deux objectifs : favoriser un contact précoce avec le dentiste et établir des examens réguliers aux âges les plus à risque de carie : 3, 6, 9, 12, 15, 18, 21 et 24 ans. Pour les enfants de 3 ans et moins de 18 ans, un mois avant leur anniversaire (à 3, 6, 9, 12 et 15 ans) le formulaire M’T dent est envoyé par mail ou sur le compte d’Ameli. Elle est valable un an, celle-ci doit être présentée au dentiste, ainsi que la carte vitale de l’enfant s’il en a une, afin de ne pas payer la consultation. Le même principe s’applique, cette fois directement, aux jeunes de 18 à 24 ans, avec cette forme d’accompagnement, qui peut aussi être utilisée en milieu hospitalier. Veillez à ne pas attendre la dernière minute pour prendre rendez-vous : c’est l’heure de pointe pour les médecins !

Si les cours d’éducation physique et sportive (EPS) ne nécessitent pas de certificat médical d’aptitude physique, le document est néanmoins nécessaire en cas de pratique sportive en club. Plus précisément, l’obligation de fournir un certificat médical dépend de la façon dont l’enfant pratique ce sport : dans un club rattaché à une association sportive ou non (structure commerciale ou associative), en autonomie ou en milieu scolaire. A noter également que certains sports sont soumis à des règles de sécurité particulières : plongée sous-marine, boxe anglaise, kick boxing, moto, rugby, etc. Le gouvernement a, pour sa part, voulu faciliter l’accès des enfants à un club ou club sportif en remplaçant l’obligation de présenter un certificat médical par un questionnaire valant attestation parentale pour l’obtention ou le renouvellement d’une licence. Pour vous aider à vous y retrouver, un simulateur en ligne est disponible sur le site des services publics. Enfin, il est possible de profiter de trois visites de santé pour les enfants, prévues entre 4, 5 ans et entre 8 et 9 ans et prises en charge à 100% par l’assurance maladie sans aucun acompte.

Laisser un commentaire