Téléconsultations, dérives trop fréquentes

Dans une pharmacie parisienne, un terminal blanc entre en collision. Sous l’écran, six outils médicaux sont opposés les uns aux autres, dont un stéthoscope, un thermomètre et même un dermatoscope, destiné à examiner les lésions cutanées.

« Nous organisons des téléconsultations via ce système depuis deux ans. Nous expliquons aux gens comment utiliser les instruments, ainsi les médecins à distance peuvent faire un diagnostic », explique Lucie*, l’une des pharmaciennes. Raisons de consulter ? « Des maladies bénignes, comme des rhumes ou des cystites, mais aussi beaucoup de renouvellements d’ordonnances », explique-t-il.

2 500 cabines sur tout le territoire

2 500 cabines sur tout le territoire

Depuis 2017, la startup parisienne Medadom a livré 2 500 cabines de ce type sur tout le territoire, auxquelles ont participé plus de 250 médecins. « Cela nous permet de répondre à la problématique des déserts médicaux », explique Eli Dan, l’un des co-fondateurs.

Mais, pour un ancien directeur du Syndicat des pharmaciens d’officine, la démarche est avant tout économique : « L’abonnement mensuel coûte plus de 200 €. Pour les médecins, ce service leur permet de voir plus de patients dans des délais plus longs, puisqu’une téléconsultation est plus courte qu’une consultation traditionnelle. »

Les pharmacies en profitent également. Chez Lucie, la clientèle a augmenté de 5% avec la borne Medadom qui permet la téléconsultation même le week-end. « Après avoir obtenu leur ordonnance, les patients achètent des médicaments dans notre établissement. C’est du gagnant-gagnant », reconnaît-il.

Le remboursement de la téléconsultation prolongé

Pendant la pandémie, ces téléconsultations étaient prises en charge à 100% par l’assurance maladie. La mesure devait prendre fin le 31 décembre 2021, mais le gouvernement a annoncé sa prolongation jusqu’au 30 septembre 2022, à deux conditions.

Le patient doit être préalablement adressé par son médecin de famille ou, à défaut, par un centre de santé ou autre organisme territorial. Le médecin téléconsultant doit également être situé à proximité du domicile du patient, afin d’organiser une consultation en face à face si nécessaire. Une condition qui n’est pourtant pas exigée dans « les zones où l’offre de soins est faible », rappelle l’Assurance maladie.

Or, selon Anne Giannotti, présidente du syndicat MG France, les patients des plateformes privées de téléconsultation, comme Medadom ou Livi, ne respectent souvent pas ces conditions, même s’ils bénéficient d’un remboursement. « Ils ne passent pas par leur médecin généraliste, car ils savent que la téléconsultation facilite l’obtention d’antibiotiques, par exemple », illustre-t-il.

La condition de « connaissance préalable du patient », c’est-à-dire le fait de l’avoir reçu en consultation physique dans les douze mois précédents, a été supprimée fin 2021. « Une fois par semaine, on est obligé de rappeler au la demande des personnes qui font trop de téléconsultations, pour les inciter à aller voir leur médecin », admet Jonathan Ardouin, PDG de Livi.

Ces craintes sont partagées par le Conseil de l’Ordre national des médecins. « Les offres de prestations de soins remboursables faites par des médecins interchangeables et situées aux quatre coins du territoire national s’interposent entre les patients et leurs médecins locaux », peut-on lire dans un rapport de 2020. De son côté, l’Assurance-maladie le reconnaît : « Les règles actuelles ne sont pas bien adaptés à ces plateformes, c’est pourquoi nous avons demandé au gouvernement de créer un statut spécifique. »

Le problème des arrêts de travail

Surtout parce qu’un autre problème est devenu massif : celui des arrêts de travail. « Nous avons découvert que beaucoup passaient par ces plateformes pour en obtenir une, raconte Luc Duquesnel, président du syndicat Les Généralistes – CSMF. Sur le site Medadom, l’entreprise précise que les médecins peuvent prononcer « un arrêt de travail d’une durée maximale de trois jours ». Livi les limite à cinq jours et met un point d’honneur à ne pas prolonger un arrêt établi par un médecin.

Parfois, certaines plateformes en font ouvertement la publicité. A l’image du site Stopmedicine.fr, qui proposait un arrêt de travail « en quelques minutes ». Si le site a été mis en demeure fin 2019, le sujet semble toujours d’actualité : dans ses dernières recommandations au gouvernement, l’assurance maladie souhaite que les arrêts effectués par téléconsultation, hors médecin traitant, ne soient plus remboursés.

Une pratique généralisée

Une pratique généralisée

Depuis le début de l’année, l’assurance maladie a facturé 7,3 millions de téléconsultations. En 2021, ce chiffre passe à 12 millions.

70% des téléconsultations seraient réalisées par les médecins qui soignent les patients, selon l’assurance maladie.

Selon Doctolib, 22% des Français sont des utilisateurs réguliers des téléconsultations.

Selon une étude réalisée par Medaviz en 2018, la durée moyenne d’une téléconsultation serait de 7 minutes.

A l’issue de votre rendez-vous de visioconsultation et si l’acte rentre dans le cadre réglementaire du remboursement : Si votre médecin est en mesure de le faire, il établira une fiche de soins électronique (ESF), qui sera automatiquement transmise à l’Assurance Maladie .

Pourquoi les médecins ne prennent pas de nouveaux patients ?

Pourquoi les médecins ne prennent pas de nouveaux patients ?

Résultat : 44% d’entre eux déclarent rejeter de nouveaux patients. La raison ? Ils en ont déjà trop pour 71%, quand 14% expliquent avoir l’intention de prendre leur retraite prochainement. 9 % des médecins généralistes ont indiqué qu’ils préféraient connaître le patient avant de l’inclure dans leur dossier.

Un médecin peut-il refuser de nouveaux patients ? Un médecin peut-il refuser un nouveau patient ? Oui, un médecin généraliste ou spécialiste a le droit de refuser d’être le médecin traitant d’un nouveau patient. En effet, leur relation est basée sur la réciprocité : elle doit reposer sur le libre choix et non être dictée par un sentiment d’obligation.

Comment faire quand aucun médecin ne prend de nouveau patient ?

Si votre enquête n’aboutit pas, vous pouvez contacter l’expert en assurance maladie. Sa mission principale est d’examiner les litiges entre les caisses d’assurance maladie et les usagers. Le conciliateur peut également être contacté si vous rencontrez des difficultés pour déclarer un médecin traitant.

Pourquoi un médecin ne prend pas de nouveaux clients ?

Des médecins débordés La plupart expliquent qu’ils ont déjà trop de patients à revoir, et 14% justifient leur refus en partant à la retraite.

Qui appeler quand on a pas de médecin ?

S’il n’y est pas, vous pouvez appeler le SAMU/centre 15 en composant le 15 sur votre téléphone. Une personne formée est à votre disposition et répondra à vos questions ou demandes.

Comment savoir si un médecin prend nouveau patient ?

Vous pouvez trouver plus rapidement un médecin qui accepte de nouveaux patients en filtrant les résultats de recherche par motif de demande.

  • Rendez-vous sur doctolib.fr.
  • Cliquez sur Prendre rendez-vous.

Est-ce qu’un médecin généraliste peut refuser un patient ?

Un professionnel de santé peut refuser un traitement, c’est la clause de conscience du médecin. C’est, pour le médecin, le droit de refuser l’accomplissement d’un acte médical autorisé par la loi mais qu’il jugerait contraire à ses propres convictions personnelles, professionnelles ou déontologiques.

Comment faire pour trouver un médecin traitant ?

Vous pouvez la saisir depuis votre compte Ameli (rubrique « Mes démarches » et « Demander l’aide du médiateur ») ou par courrier en joignant le questionnaire « Difficulté d’accès à un médecin généraliste » téléchargeable sur le site de votre caisse ou disponible dedans.

Comment se faire rembourser d’une téléconsultation ?

Couverture de l’assurance maladie Par ailleurs, la couverture de la téléconsultation est totale et sans frais pour les assurés jusqu’au 31 juillet 2022. Tout assuré peut bénéficier de la téléconsultation. Elle est remboursée dans le cadre du parcours de soins.

.

Quand faire une téléconsultation ?

S’il ne peut pas se déplacer, le médecin vient à lui par téléconsultation. Les patients âgés, les patients à mobilité réduite, éloignés de votre cabinet ou simplement le patient actif qui n’a pas la possibilité de se déplacer (dans votre emploi du temps chargé) sont autant de patients qui n’abandonneront pas le traitement.

Comment enregistrer sa carte bancaire sur Doctolib ?

Entrez votre numéro de carte de crédit, la date d’expiration et le code de sécurité (les 3 chiffres au dos de votre carte). Pour plus de sécurité, NE COCHEZ PAS la case « J’autorise Doctolib à enregistrer ce mode de paiement pour mes prochaines consultations vidéo ».

Comment se déroule une téléconsultation Doctolib ? Rendez-vous sur le profil Doctolib de votre médecin (s’il propose la visio-consultation) et sélectionnez « en visio » pour programmer un rendez-vous de visio-consultation. Faites votre consultation vidéo en cliquant sur le lien que vous recevez par SMS 10 minutes avant votre rendez-vous (ou depuis « Mes rendez-vous »).

Comment payer une consultation en ligne ?

Les modalités de paiement restent les mêmes que pour une consultation classique. Ainsi, en plus d’une demande de paiement intégral émanant de tiers, c’est le médecin téléconsultant qui précisera les conditions de paiement de votre téléconsultation : paiement en ligne par carte bancaire, virement bancaire, chèque, etc.

Comment se règle une Teleconsultation ?

Le médecin informe le patient des conditions de paiement de la téléconsultation. Le patient peut ainsi régler le médecin par l’envoi d’un chèque après la consultation, ou par virement bancaire après la consultation, ou via une solution de paiement en ligne proposée par le médecin.

Comment payer une consultation médicale ?

Pour être remboursé, il vous suffit de présenter votre carte vitale au cabinet. Si vous n’avez pas votre carte vitale sur vous, le médecin remplira une fiche de soins que vous devrez retourner à votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM).

C’est quoi une empreinte de carte bancaire ?

Qu’est-ce qu’une empreinte bancaire ? Aussi appelée pré-autorisation, une empreinte bancaire permet de vérifier la capacité de paiement final, par exemple, lorsqu’il s’agit d’un ravitaillement à un guichet automatique ou d’un séjour à l’hôtel. Le prestataire est ainsi assuré d’être rémunéré.

Comment faire une empreinte de carte bancaire ?

Il consiste à utiliser un terminal de paiement classique, mais en saisissant les données de la carte bancaire du client communiquées à distance. Quant à la prise d’acompte en présence du client, il faudra utiliser le logiciel PLBS, qui peut fonctionner en mode vente à distance.

Comment fonctionne une empreinte carte bancaire ?

L’empreinte bancaire est une certaine somme d’argent qu’un commerçant bloque. Cela vous permet de vous assurer que le client dispose des fonds nécessaires (ou du découvert autorisé) pour effectuer cet achat. Aucun prélèvement n’est effectué.

Comment joindre Doctolib par téléphone ?

info.doctolib.fr est hébergé par Amazon Web Services, Inc. Box 81226 Seattle, WA 98108-1226 USA https://aws.amazon.com, numéro de téléphone : (206) 266-4064.

Comment contacter un praticien sur Doctolib ?

Re : contacter doctolib Vous souhaitez nous contacter : rendez-vous dans vos agendas, sur le point d’interrogation en haut à droite et choisissez la fonction qui correspond le mieux à votre problématique : chat, formulaire de contact ou rappel téléphonique. Notre équipe se chargera de répondre à vos demandes.

Comment laisser un message à Doctolib ?

Pour information, vous pouvez également envoyer un mail à cette startup à l’adresse mail julia@doctolib.fr. Vous pouvez également contacter les conseillers Doctolib pour un conseil pertinent par téléphone avec un chargé de clientèle.

Comment se passe une Teleconsultation en pharmacie ?

Comment ça va? Le patient se rend dans une pharmacie qui pratique la téléconsultation. Le pharmacien devra alors vous orienter. Selon votre problème de santé, il vous sera conseillé d’attendre une consultation physique avec votre médecin, d’appeler le 15 ou de faire une téléconsultation à la pharmacie.

Laisser un commentaire