Une nouvelle grève des médecins généralistes : « nous ne sommes pas…

Il sera encore plus difficile que d’habitude de trouver un rendez-vous chez un médecin généraliste durant cette semaine entre Noël et Nouvel An. En plus des congés prévus, certains médecins ferment leur cabinet pour participer à l’appel à la grève nationale lancé dans la semaine. C’est la deuxième mobilisation après la grève de début décembre

.

Meilleure rémunération pour se libérer de l’administratif

Pour la deuxième fois, le Dr Grégoire Angelucci fermera son cabinet à Portes-lès-Valence dans la Drôme. « Ici on est pendant les vacances mais il n’y a pas de tension en ce moment, le système est en tension douze mois de l’année », souligne le médecin généraliste, membre du groupe Doctors for Tomorrow. « La grève est finie, nous ne sommes pas contents de ça, mais nous ne sommes pas contents du tout. Nos syndicats n’ont pas été entendus par le ministre de la santé ni par l’assurance maladie. Les négociations sont en cours. C’est nous qui avons choisi la date, c’est nous le gouvernement et la CNAM, et ce n’est peut-être pas par hasard qu’ils ont choisi cette période.

Le risque d’épuisement professionnel des médecins

Ce que les médecins demandent, c’est une augmentation de leurs honoraires. « Nous sommes à un tournant », insiste le Dr Angelucci, « c’est l’indépendance des médecins qui est menacée alors qu’il est indispensable de travailler dans l’intérêt des patients ». Il note notamment les contraintes administratives qui représentent 20 à 25 % du temps de travail du médecin. Augmenter les tarifs signifierait pouvoir embaucher des assistants pour ce travail administratif. « Ça me permettrait à mon échelle de voir 10 à 15 patients de plus, c’est énorme à l’échelle nationale », ajoute-t-il.

Laisser un commentaire